Moteurs truqués: Volkswagen livre des bribes d'explication

Volkswagen a livré quelques informations sur la genèse du scandale des moteurs truqués.

10 déc. 2015, 20:00
Le trucage de moteurs diesel ne résulte "pas d'une erreur isolée mais d'un enchaînement d'erreurs qui n'a à aucun moment été brisé".

La direction du groupe automobile allemand Volkswagen a livré quelques éclaircissements jeudi sur la genèse du scandale des moteurs truqués, aussi lointaine que 2005. Elle s'est également employée à rassurer sur l'avenir du groupe, sans dissiper toutes les zones d'ombre.

Le trucage de 11 millions de moteurs diesel au moyen d'un logiciel fraudeur ne résulte "pas d'une erreur isolée mais d'un enchaînement d'erreurs qui n'a à aucun moment été brisé", a reconnu à Wolfsburg (nord) Hans Dieter Pötsch, président du conseil de surveillance.

Volkswagen avait convié la presse pour une séance de questions-réponses pour la première fois depuis l'éclatement de l'affaire en septembre, et s'est ensuite prêté au même jeu avec les analystes.

Sur le podium les responsables du groupe, M. Pötsch et le nouveau président du directoire Matthias Müller, ont cherché l'équilibre entre contrition et foi en l'avenir. Près de trois mois après les débuts du scandale, sur lequel beaucoup d'encre a coulé, l'atmosphère dans l'audience n'était plus à l'inquisition.

La Bourse aussi a bien réagi, avec une hausse de 1,14% du titre à Francfort sur la séance. Il a déjà repris près de la moitié des 40% perdus en quelques jours après l'éclatement de l'affaire.

Situation "pas dramatique, mais tendue"

Dans le cadre de son offensive de charme, M. Müller fera aussi une apparition lors du journal télévisé de deuxième partie de soirée sur la chaîne publique ARD jeudi soir.

Le mastodonte automobile aux douze marques est dans une situation "pas dramatique, mais tendue" qui "ne mettra pas l'entreprise à terre", a dit à Wolfsburg M. Müller, réitérant ses promesses de faire toute la lumière sur l'affaire d'une part, et de rénover le groupe de l'autre.

La "date de naissance" du scandale, qui a éclaté en septembre d'abord aux Etats-Unis, remonte à 2005, quand Volkswagen a lancé une vaste offensive dans le diesel pour le marché américain, a expliqué M. Pötsch.