Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Park Geun-hye menacée de prison

Le parquet du pays a demandé, hier, un mandat d’arrêt contre l’ex-présidente.

27 mars 2017, 23:41
/ Màj. le 28 mars 2017 à 00:01
FILE - In this March 21, 2017 file photo, South Korea's ousted leader Park Geun-hye arrives at the prosecutor's office in Seoul, South Korea. Media reports say that South Korean prosecutors have decided to ask a court issue a warrant to arrest former President Park on corruption allegations. Yonhap news agency reported Monday, March 27 2017,  that prosecutors reached the decision after they grilled Park last week over suspicions she colluded with a jailed confidante to extort from companies and allowed the friend to secretly interfere with state affairs (Kim Hong-ji/Pool Photo via AP, File) South Korea Politics

La gigantesque carcasse d’acier rouillé et strié de vase émerge lentement des eaux grisâtres, tel un monstre morbide du passé. Sous les yeux des familles des victimes en pleurs, le ferry Sewol est revenu à la surface au large de l’île de Jindo, ce week-end, hissé par des grues hydrauliques, trois ans après son naufrage, qui avait fait plus de 300 victimes.

Cette opération logistique exceptionnelle est à la hauteur d’une tragédie nationale dont la Corée du Sud n’a toujours pas achevé le deuil, et qui a pesé lourd dans la chute de l’ancienne présidente Park Geun-hye. «Le Sewol symbolise le naufrage du modèle coréen, comme le ‘Titanic’ annonçait la crise européenne rétrospectivement», analyse Benjamin Joinau, professeur à l’université Hongik. La tragédie rompit aussi une première fois le lien entre la fille vénérée du dictateur Park Chung-hee, et l’opinion, en 2014, pour finalement la rattraper ces derniers mois, à...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias