Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Portugal/Italie: dizaines de milliers de manifestants contre l'austérité

En Italie et au Portugal, les manifestations contre l'austérité ont attiré des dizaines de milliers de personnes. A Rome, le défilé a été marqué par quelques heurts avec la police.

19 oct. 2013, 22:28
epa03916039 Thousands of people take part in an anti-austerity protest in Rome, Italy, 19 October 2013. Italian media reports state that 3,000 to 4,000 police officers have been deployed, and protest organizers say they expect more than 20,000 people to join the demonstration.  EPA/ETTORE FERRARI

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi contre l'austérité en Italie et au Portugal. Un défilé marqué par quelques heurts avec la police à Rome.

"Nous allons assiéger la ville", ont crié quelques étudiants dans le cortège qui a traversé le centre de la capitale italienne en signe de protestation contre les coupes budgétaires et le coût social de la crise économique.

La manifestation a regroupé 70'000 personnes selon les organisateurs, 50'000 selon la police, aussi bien des militants des droits des immigrés ou du droit au logement que des opposants au projet de TGV Lyon-Turin, les "No-Tav" (treno alta velocità). Parmi ces derniers, figurait le célèbre écrivain Erri de Luca, qui a récemment fait sensation, en se prononçant pour le sabotage de ce projet.

Des heurts ont opposé une centaine de manifestants encagoulés à la police autour du ministère des Finances, tandis que la vitrine d'une agence de la banque Unicredit a été détruite à coups de pierres.

Mesures de sécurité

Quinze personnes ont au total été interpellées, tandis que deux policiers ont été blessés dans ces affrontements, a annoncé la police, qui a saisi des chaînes, des casques, des battes de base-ball et un couteau.

Entre 3000 et 4000 membres des forces de l'ordre avaient été déployés et plusieurs magasins avaient abaissé leur rideau de crainte d'incidents.

Appel à une nouvelle manifestation

Au Portugal, les manifestants ont réclamé la démission du gouvernement et demandé à la Cour constitutionnelle de rejeter le projet de budget pour 2014, élaboré en fonction des exigences de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) en échange de la poursuite de l'aide internationale.

"Il faut se battre pour que certaines mesures du projet de budget soient déclarées contraires à la Constitution", a dit lors d'une réunion publique à Lisbonne Armenio Carlos, dirigeant de la CGTP, premier syndicat du pays qui revendique 750'000 adhérents.

La CGTP a appelé à une nouvelle manifestation le 1er novembre pour demander des élections anticipées et la fin de l'austérité.

Un autre rassemblement a réuni des milliers de personnes samedi à Porto, la deuxième ville du pays.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias