Présidentielle française: Emmanuel Macron devancerait Marine Le Pen d'un point au premier tour

Le premier tour de l'élection présidentielle française donnerait Emmanuel Macron gagnant, selon le dernier sondage en date. Le candidat d'En Marche! est taloné par Marine Le Pen. François Fillon arriverait en troisième position, suivi de Jean-Luc Mélanchon et Benoît Hamon. Le débat télévisé entre ces cinq candidats n'a donc pas considérablement changé la donne.
23 mars 2017, 07:15
Le premier tour serait remporté par un candidat non issu d'un parti traditionnel.

L'ex-ministre de l'économie Emmanuel Macron devance d'un point Marine Le Pen, dans un sondage jeudi sur les intentions de vote au premier tour de la présidentielle française. Le candidat d'En Marche! obtient 26%, contre 25% pour la présidente du Front national. L'un et l'autre sont stables par rapport à la précédente édition de la même enquête, le 9 mars.

Sur 6383 personnes interrogées les 21 et 22 mars, soit après le premier débat télévisé entre les cinq principaux protagonistes, le candidat de droite, François Fillon, perd en revanche deux points, à 18%, tandis que celui de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (13,5%, +1,5 point) passe devant le socialiste Benoît Hamon (12,5%, -0,5 point). Le candidat souverainiste de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, qui n'avait pas été invité au débat télévisé de lundi, gagne un point, à 4%.

 

 

Socle solide pour Fillon et Le Pen

Marine Le Pen serait battue au second tour, qu'elle soit face à Emmanuel Macron ou à François Fillon. L'ex-ministre de l'économie s'imposerait avec 65% des suffrages et l'ancien premier ministre avec 58%. Cette enquête révèle un début de cristallisation des électorats: 75% des sondés disant vouloir voter pour François Fillon se déclarent sûrs de leur choix (+3). Il en va de même pour 62% des électeurs potentiels d'Emmanuel Macron (+3).

Marine Le Pen perd deux points, mais a encore l'électorat le plus stable (79%). En revanche, ceux de Jean-Luc Mélenchon (58%, -5 points) et de Benoît Hamon (53%, -2) se fragilisent. Enfin, 79% des personnes interrogées se disent intéressées par cette élection (-3 points par rapport au 9 mars).