9

Prise d'otages à Bamako: au moins 3 morts, 80 otages libérés

80 personnes, retenues en otage dans l'hôtel Radisson Blu de Bamako, ont été libérées vendredi à la mi-journée par les forces spéciales maliennes. Trois morts sont à dénombrer.

20 nov. 2015, 09:56
/ Màj. le 20 nov. 2015 à 14:58
Dans le hall du Radisson, un corps recouvert d'un drap.

EN RESUME

Les forces spéciales maliennes ont donné vendredi l'assaut à l'hôtel Radisson Blu de Bamako, théâtre d'une prise d'otages massive. Près de la moitié des 170 personnes présentes dans l'établissement, dont de nombreux étrangers, a été libérée.

L'information émane du ministère de la sécurité intérieure, qui n'a pas révélé la nationalité des victimes, ni les circonstances dans lesquelles ces personnes ont été tuées. Le ministre de la sécurité, le colonel Salif Traoré, a seulement indiqué qu'il s'agissait d'étrangers.

Selon son ministère, les assaillants étaient au nombre de "deux ou trois", des témoins faisant état d'une "dizaine d'assaillants" armés.

Selon le groupe hôtelier Rezidor, qui gère le Radisson Blu, situé près du centre de la capitale malienne, l'établissement hébergeait au moment de l'attaque "140 clients et 30 employés". Compte tenu de sa dimension et du nombre de personnes présentes, une bonne partie d'entre elles s'étaient enfermées dans des chambres et n'étaient donc pas sous la menace directe des ravisseurs, selon le ministère.

 

14:15 Selon RFI, les forces de l'ordre fouillent toujours l'hôtel, chambre par chambre, à la recherche des preneurs d'otages. Il affirme qu'une trentaine d'otages ont pu être libérés. Ces derniers s'expriment apparemment en anglais.

13:38 Air France communique: ses 12 membres d'équipage présents à Bamako sont en sécurité

 

13:00 80 otages ont été libérés, selon Jeune Afrique

12:51 Il y aurait bien 2 à 4  preneurs d'otages et non pas une dizaine comme indiqué par certaines sources plus tôt dans la matinée. Une vingtaine de personnes ont pu leur échapper.

12:49 Les soldats de la Minusma, la mission de l'ONU au Mali, appuient les autorités maliennes.

 

12:45 50 hommes du GIGN sont envoyés par la France à Bamako pour soutenir les forces spéciales maliennes. Ils devraient être opérationnels en début de soirée. Ce qui laisse augurer d'une situation en train de s'enliser.

12:14 Selon Jeune Afrique, les assaillants auraient emmené leurs otages dans les sous-sols de l'hôtel, plus difficiles d'accès.

12:08 Plusieurs étrangers figurent parmi les otages. Plusieurs Français, des Chinois, ainsi que 3 Belges. L'assaut est toujours en cours.

 

11:54 L'assaut a été donné. Les forces de sécurité maliennes déployées autour de l'hôtel Radisson de Bamako ont évacué "une dizaine de personnes" de l'établissement, a indiqué le porte-parole du ministère de la sécurité. Ce dernier a indiqué un peu plus tard qu'au moins trois otages avaient été tués. RFI indique que ce ne sont pas des otages et qu'ils ont été tués à l'arrivée des assaillants. 

"Les forces spéciales ont pu libérer une dizaine de personnes", a déclaré le porte-parole alors qu'un journaliste de l'AFP a vu trois personnes, dont deux femmes, qui ont déclaré avoir vu dans l'hôtel le corps d'un homme à la peau claire gisant au sol.

Des Français figurent au nombre des personnes retenues en otages, a-t-on appris dans l'entourage du président François Hollande. "Le président suit la situation en permanence", déclare-t-on à Paris.

Une dizaine d'hommes armés seraient entrés en début de matinée dans le bâtiment en tirant et en criant "Allahu Akbar". Une source diplomatique française évoque en revanche"deux ou trois terroristes".

11:27 Des otages ont été apparemment libérés vendredi à la suite de la prise d'otages massive toujours en cours à l'hôtel Radisson de Bamako, la capitale malienne. Les personnes libérées étaient supposément capables de lire des versets du Coran, ont indiqué des sources proches des services de sécurité.

Selon le propriétaire de l'hôtel, cité par l'hebdomadaire Jeune Afrique, l'attaque a été menée par "trois individus lourdement armés". Outre des policiers et des militaires maliens, des forces spéciales de la gendarmerie sont arrivées sur les lieux, où étaient également visibles des membres de la force de l'ONU au Mali, la Minusma, et des forces françaises Barkhane, selon l'AFP sur place.

Plusieurs ressortissants étrangers résidaient dans l'hôtel avant l'attaque. Leur nombre et nationalités n'étaient pas connus dans l'immédiat. Un consultant français ayant requis l'anonymat, qui descend régulièrement à l'hôtel Radisson, a estimé qu'il s'agissait "d'une cible évidente pour les terroristes".

Les personnels civils de la Minusma ont reçu un ordre de confinement.

 

11:23 Des témoins rapportent des scènes de panique dans la capitale malienne.

 

10:56 Selon ITélé.fr et plusieurs autres médias français et africains, des membres du personnel d'Air France figureraient parmi les otages.

 

10:51 Une dizaine d'hommes armés se trouveraient à l'intérieur de l'hôtel international Radisson, ont indiqué des sources proches des services de sécurité. RFI cite une source affirmant qu'ils sont entrés en criant: "Allahu Akhbar"

"Nos équipes de sécurité sont en contact avec les autorités locales afin d'apporter toute l'aide possible pour rétablir la situation dans l'hôtel. A ce stade, nous n'avons pas d'autres informations et continuons de suivre la situation de près", a déclaré en milieu de matinée le groupe hôtelier Rezidor, qui gère l'hôtel.

10:49  Les assaillants sont semble-t-il parvenus à pénétrer dans le Radisson grâce à des passeports diplomatiques et une voiture immatriculée avec des plaques diplomatiques.

10:24 Selon Le Monde, le Radisson accueille essentiellement une clientèle étrangère, comme les équipages des compagnies aériennes. L'armée française est présente sur place. 1000 soldats sont engagés au Mali.

10:19 Une fusillade a éclaté vendredi matin à l'hôtel international Radisson de Bamako, au Mali. Quelque 170 otages (140 clients et 30 employés) seraient retenues par deux assaillants, selon le groupe hôtelier. La police est sur les lieux et boucle la zone, selon une source proche des forces de sécurité.

Bamako, la capitale du Mali, est en émoi ce vendredi matin. Une fusillade est en cours dans l'hôtel de luxe Radisson.

Selon certains témoins, ce sont des djihadistes qui ont pris le bâtiment d'assaut.

 

L'ambassade américaine à Bamako a demandé à son personnel et à tous les citoyens américains de s'abriter.

 

Le site Jeune Afrique rapporte que l'attaque porte sur le 7e étage du bâtiment. "Des djihadistes sont en train de tirer dans le couloir." Trois individus lourdement armés se sont introduits dans l'hôtel vers 7 heures ce matin, heure de Bamako, soit à 8 heures en Suisse.

Le directeur de l'établissement de 190 chambres précise qu'il était rempli à 90%. De nombreux médias avancent le chiffre de 170 otages retenus.