Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Prison et flagellation pour un Saoudien ayant giflé sa femme

Un Saoudien a été condamné à la prison et des coups de fouets pour avoir giflé sa femme.

05 juin 2013, 13:18
L'Arabie Saoudite applique l'islam de façon très radicale. Les femmes y ont peu de droits.

Un Saoudien a été condamné à dix jours de prison et trente coups de fouet pour avoir giflé son épouse, a rapporté mercredi le quotidien "Al-Sharq". Un tel verdict est rare dans le royaume où les femmes sont privées de certains droits.

Un tribunal de la province orientale a rendu ce verdict mardi après avoir été saisi d'une plainte de l'épouse, qui a affirmé avoir été giflée par son mari à la suite d'un différend et a présenté un certificat médical pour justifier son recours, a ajouté le journal.

La plaignante a été invitée par le tribunal à "assister à la flagellation de son mari pour le voir souffrir à son tour", a rapporté "Al-Sharq". Il a indiqué que le juge avait ordonné de soumettre l'homme à "un cours de formation sur la vie de couple".

Le mari a avoué avoir giflé son épouse car elle avait "manqué de respect à des membres de sa famille", a encore indiqué le journal, en citant une source judiciaire.

Pays ultraconservateur

Une organisation caritative, la Fondation du roi Khaled, avait lancé ces dernières semaines une campagne médiatique pour dénoncer la violence faite aux femmes dans le royaume ultraconservateur.

En Arabie, pays qui applique une version rigoriste de l'islam, les femmes sont victimes de discriminations dans la législation et dans la vie courante, et ne sont pas suffisamment protégées contre les violences, y compris familiales, a déploré Amnesty international dans son dernier rapport annuel.

Elles sont ainsi toujours interdites de conduire malgré plusieurs campagnes animées par des militantes. Les femmes sont en outre obligées de sortir complètement voilées et ne peuvent voyager sans autorisation de leur mari ou d'un autre homme de leur famille, ni manger seules au restaurant.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias