Recueillement au Chili deux ans après le séisme et le tsunami

Veillées nocturnes et messes du souvenir ont marqué aujourd'hui sur le littoral sud du Chili le deuxième anniversaire du séisme et du tsunami qui firent plus de 520 morts et disparus. Des centaines de familles encore logées dans des habitations provisoires ont toutefois récriminés les autorités.
05 août 2015, 15:46
85550473

A Constitucion, Dichato, Talcahuano, chapelet de stations  balnéaires à plus de 400 kilomètres au sud de Santiago ravagées par  le séisme et surtout le tsunami, plusieurs centaines de personnes se  sont rassemblées sur le rivage, allumant des bougies et égrenant les  noms des victimes.

A Concepcion, la grande ville la plus frappée par le séisme  proprement dit, des centaines de personnes ont commémoré, à l'heure  précise, 03h34 locales, la secousse de magnitude 8,8, considérée  comme la 6e plus puissante de l'histoire.

Des drapeaux noirs à Constitucion, une manifestation à Concepcion  ont exprimé la grogne face aux lenteurs de la reconstruction. Autour  de Concepcion, plus de 450 familles vivent toujours dans des  préfabriqués érigés dans les semaines suivant la catastrophe et  attendent un logement définitif.

Le séisme et le tsunami avaient causé quelque 30 milliards de  dollars de dégâts selon les autorités et laissé 220'000 logements  détruits ou sinistrés.

«Manipulation des chiffres»

Pour le gouvernement, 72'000 maisons (soit 32,7% du total) ont  été soit reconstruites soit réparées, tandis que les travaux  continuent à grand pas.

Dressant un bilan de la reconstruction, le président Sebastian  Piñera a estimé la semaine dernière que la tâche est accomplie aux  deux tiers, mais a reconnu qu'il y a encore beaucoup à faire pour  atteindre sa promesse d'une reconstruction achevée à la fin de son  mandat, début 2014.

Des ONG dénoncent une «manipulation» des chiffres officiels,  s'appuyant selon elles sur les subventions remises pour  reconstruire, non sur les logements de fait érigés. Dans la réalité,  un peu plus de 10% de maisons ont été reconstruites, selon  l'architecte Manuel Valenzuela, de l'ONG Reconstruye.

La justice a récemment indiqué que des inculpations seront  prononcées prochainement contre huit hauts fonctionnaires, dont l'ex- directrice du Bureau national des urgences (Onemi) pour les ratés de  l'alerte du tsunami la nuit de la catastrophe. L'alerte avait été  activée, puis baissée, levée et enfin réactivée, mais le tsunami  avaient frappé le littoral entre-temps.

Du total de victimes, 156 morts avaient été imputées au tsunami.