Réservé aux abonnés

Roumanie mal barrée

Bucarest a pris ce 1er janvier la présidence tournante de l’Union européenne. Certains ne la jugent pas prête.

03 janv. 2019, 00:01
DATA_ART_12590465

C’est dans un climat délétère que la Roumanie a pris, le 1er janvier, la présidence tournante de l’Union européenne, pour la première fois depuis son adhésion à l’UE, en 2007. Elle a succédé à l’Autriche; la Finlande la suivra, le 1er juillet.

«Nous sommes déterminés à démontrer que la Roumanie est un partenaire fiable en vue de consolider le projet européen et d’assurer la cohésion» du club communautaire, a déclaré, mardi, la première ministre roumaine, Viorica Dancila.

Son gouvernement, que domine le Parti social-démocrate de centre gauche (PSD) aura fort à faire. Non seule...