Seize morts dans une bousculade à l'entrée d'un stade en Angola

Les festivités du nouvel an ont été entachées par un mouvement de foule qui a causé la mort d'au moins seize personnes à Luanda, la capitale angolaise.

02 janv. 2013, 15:02
L'événement était organisé par une église.

Seize personnes ont été tuées le 31 décembre dans la capitale angolaise Luanda lors d'une bousculade à l'entrée d'un stade où était organisée une veillée religieuse pour le Nouvel An, selon un bilan publié mercredi.

"Nous confirmons la mort de 16 personnes, dont trois enfants, causée par l'asphyxie, la bousculade et le piétinement lors de l'entrée des fidèles à cette célébration dans le stade de Cidadela", a déclaré Paulo Gaspar de Almeida, le numéro deux de la police angolaise.
 
Un précédent bilan donné mardi soir faisait état de 10 morts. La veillée était organisée par l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu, un culte pentecôtiste né au Brésil en 1977 qui compte un million de fidèles en Angola, selon un chiffre officiel.
 
"La police, les sapeurs-pompiers, les services sanitaires et les responsables de l'église, nous tous, nous étions dépassés par le nombre de gens qui se sont rassemblés au stade de Cidadela. Les personnes venues participer au culte ont dépassé largement nos attentes", a affirmé le responsable policier.
 
Responsabilités recherchées
 
La police estime que plus de 150'000 personnes se sont rendues à cette veillée, dans un stade prévu pour 80'000.
 
Selon les services de secours, dix des victimes ont succombé dans des établissements sanitaires de Luanda, trois en cours de route lors de leur évacuation et trois autres sur le lieu du culte.
 
L'Eglise récuse toute responsabilité dans le drame. "Nous avons sollicité l'organisation de ce culte auprès des autorités publiques 20 jours avant. Et ces dernières nous l'ont accordé. Nous sommes en train en ce moment, ensemble avec les autorités du pays, de chercher à déterminer les responsabilités de ce drame", a déclaré Ferner Batalha, l'évêque-adjoint de l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu.
 
Selon Marcelina Baptista, témoin de la bousculade, "le désordre a commencé avec l'arrivée du dernier groupe de personnes, venues de quartiers éloignés de Luanda, au portail 3 qui donne accès au Stade de Cidadela, où étaient placés des sachets d'eau bénite. Tous ces gens voulaient en avoir. Ce qui a provoqué la bousculade et le glissement".

Des images suivant la bousculade: