Sénégal: vote pour la présidentielle sous haute tension

Quelque 5,3 millions d'électeurs sont appelés à voter pour le premier tour de l'élection présidentielle sénégalaise.
05 août 2015, 15:46
election_presidentielle_senegal

Les Sénégalais ont commencé dimanche à voter pour l'élection présidentielle la plus tendue de l'histoire récente du pays de l'Ouest africain. Des violences ont suivi la validation de la candidature du président sortant, Abdoulaye Wade, en quête d'un troisième mandat.

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche à 09h00. A Dakar, tout semblait calme lors de l'ouverture des bureaux. Quelque 5,3 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour choisir leur président parmi les 14 candidats qui briguent la magistrature suprême. Parmi eux, les deux anciens Premiers ministres Macky Sall et Idrissa Seck.

Les opposants du président sortant affirment que sa candidature viole le principe constitutionnel limitant à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. M. Wade estime que cette disposition ayant été introduite durant son premier mandat, elle ne rentre pas en ligne de compte.

Dimanche, certains Sénégalais affichaient leur confiance en un vote démocratique. «Nous ne voulons pas que le pays se transforme en chaos», dit Mamadou Kane, ingénieur de 53 ans travaillant dans le secteur des télécommunications, faisant la queue au milieu de dizaines de compatriotes dans la banlieue de Dakar. «La meilleure chose à faire est de choisir un candidat et de voter pour lui».

«Mon arme est ma carte d'électeur», explique Ahmed N'Diaye, charpentier de 22 ans, à Dakar. «Je vais l'utiliser et espérer que cela nous permette de nous débarrasser de ce vieux président», dit- il.

«Père de la nation»

Dans une interview publiée dans le «Journal du Dimanche», Abdoulaye Wade, âgé de 85 ans, se dit persuadé d'obtenir une «majorité écrasante» dès le premier tour du scrutin. Il fait part de son intention de former un gouvernement d'union nationale.

«Ma majorité est si écrasante que je pense être élu avec un fort pourcentage dès le premier tour», déclare-t-il avant d'écarter le risque de débordements de l'opposition. «Une révolte des Sénégalais contre moi n'est pas pensable!»

Interrogé sur les critiques émises par l'opposition sur son âge, il répond: «C'est l'Afrique, ça. Je suis âgé, certes, mais j'ai la forme physique. Mon âge est devenu un avantage. Je suis le président et le père de la nation. C'est ce que les Européens n'arrivent pas à se mettre en tête.»

Jamais de coup d'Etat

Au moins six personnes ont péri dans les heurts entre opposants et policiers depuis fin janvier, moment où la Cour suprême a décidé d'autoriser Wade à se présenter.

Le Sénégal est le seul Etat d'Afrique occidentale, îles exceptées, à ne pas avoir subi de coup d'Etat depuis son indépendance, en 1960. Les précédents scrutins se sont déroulés dans le calme. Ces deux éléments ont contribué à faire du pays un exemple régional.