Sept otages étrangers encore aux mains des ravisseurs

Le commando islamiste auteur de la prise d'otages dans un complexe gazier en Algérie détient encore sept ressortissants étrangers, selon l'Agence mauritanienne Nouakchott Information (ANI). L'agence officielle algérienne APS annonce, elle, que douze otages ont été tués.

18 janv. 2013, 20:28
En Algérie, le kinapping du complexe gazier aurait fait 12 morts.

«En plus des 18 terroristes mis hors d'état de nuire, 12 employés algériens et étrangers ont péri», a précisé une source sécuritaire, cité par l'APS, sans donner de précision sur le nombre et la nationalité des victimes étrangères. Elle a précisé qu'il s'agissait d'un bilan provisoire.

Plus tôt, l'APS avait indiqué que 18 insurgés islamistes qui avaient attaqué le site gazier d'In Aménas avaient été tués par les forces spéciales algériennes lors de leur assaut lancé jeudi pour libérer les otages.

Les forces spéciales algériennes ont par ailleurs libéré quelque 100 otages étrangers détenus par les islamistes, selon cette même source.

«Désastre» évité

Une source gouvernementale, citée par l'APS, a indiqué que l'assaut, mené dans des conditions «extrêmement complexes», avait évité un «véritable désastre». Elle a fait état d'un groupe doté d'un véritable arsenal de guerre composé de missiles, lance- roquettes, grenades, fusils-mitrailleurs et fusils d'assaut.

Pour elle, le groupe composé de plusieurs nationalités, voulait acheminer les otages au Mali pour s'en servir de monnaie d'échange.

Selon des sources islamistes, citées par ANI, le commando islamiste détient encore sept ressortissants étrangers. Les otages sont trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique, selon les mêmes sources qui précisent que les ravisseurs sont venus du Niger et non de Libye comme l'avaient affirmé jeudi des sources algériennes.