Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Solar Impulse: départ mercredi pour la dernière étape

Solar Impulse décollera mercredi de Rabat pour Ouarzazate pour la dernière étape du périple marocain. Un vol qui s'annonce particulièrement difficile.

12 juin 2012, 18:00
Le voyage de Solar Impulse au Maroc coïncidera avec la construction d'une centrale thermo-solaire à Ouarzazate.

Solar Impulse doit décoller mercredi à 09h00 de  Rabat pour Ouarzazate -au sud du Maroc- que l'avion solaire devrait  atteindre vers minuit. Il s'agira de l'ultime destination de ce  périple marocain entamé le 24 mai à Payerne.

Lors ce voyage, l'appareil volant sans une goutte de carburant,  «expérimentera pour la première fois un climat montagneux et  désertique», indique mardi un communiqué commun publié à Rabat par  Solar Impulse et l'Agence marocaine de l'énergie solaire.

Conditions très délicates

«Le prototype piloté par le Suisse André Borschberg, co-fondateur  du projet, décollera mercredi de Rabat -où il avait atterri le 5  juin en provenance d'Espagne- pour Ouarzazate où il est attendu  jeudi à partir de 01H30», indique un communiqué commun publié à  Rabat par Solar Impulse et l'Agence marocaine de l'énergie solaire.
«Ce vol sera certainement le plus difficile que l'avion ait  jamais effectué en raison de la nature aride et chaude du climat  ainsi que de la proximité avec le massif montagneux de l'Atlas»,  haut de plus de 3000 mètres, précise le communiqué. Dans cette  région, les «conditions sont très turbulentes et perdurent jusqu'à  tard dans la nuit».

Au dessus de Ourzazate, l'avion survolera le futur site de la  première centrale solaire de cette ville que lancera prochainement  Masen. Cette agence est chargée de la construction de cette  installation dotée d'une capacité de 160 MW et avec l'objectif de  porter cette capacité en 2015 à environ 500 MW.

Retour par le même chemin

Le retour vers la Suisse se fera également par étapes (à Rabat et  Madrid), en suivant le même chemin. Bertrand Piccard et André  Borschberg se relaieront à nouveau aux commandes. Il s'agit de leur  plus long périple, après un voyage inaugural à Bruxelles puis Paris  l'année dernière.

L'appareil en fibre de carbone est mû par quatre moteurs  électriques alimentés par 12'000 cellules photoélectriques couvrant  son immense aile. L'énergie est stockée durant la journée dans des  batteries, ce qui permet à l'avion de voler la nuit.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias