Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Surpêche, mensonges en profondeur

La moitié des prises de poissons depuis 1950 n’auraient pas été déclarées.

20 janv. 2016, 23:27
/ Màj. le 21 janv. 2016 à 00:01
FIGARO-Peche_210116

Les ressources de poissons dans les océans diminuent bien plus vite que ne l’indiquent les statistiques mondiales de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), selon une grande étude lancée en 2002 et publiée mardi dans la revue «Nature Communications». Et une partie importante de cette pêche, notamment en Afrique du Nord-Ouest, est tout simplement volée aux pays riverains.

Selon la FAO, basée à Rome, les statistiques officielles que lui envoient ses membres indiquent que la pêche mondiale est «pratiquement stable»: elle aurait diminué de moins de 1% par an depuis son pic, en 1996. Mais une reconstruction de la pêche mondiale de 1950 à 2010, dirigée par l’halieute (expert en exploitation de ressources maritimes) français Daniel Pauly, de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, a trouvé pour la même période qu’elle était plus grande que celle rapportée à l’agence onusienne (par exemple, 110 millions de tonnes...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias