Syrie: le Washington Post publie le texte d'un groupe islamiste syrien

Le Washington Post a publié un texte critiquant la politique américaine en Syrie, signé du groupe islamiste Ahrar al-Sham. Le journal propose une plateforme inhabituelle à une organisation alliée à Al-Qaïda.
25 août 2015, 16:10
Le Washington Post a publié un texte d'un groupe islamiste. Une action inédite dans le monde médiatique occidental.

Le texte, publié en ligne vendredi soir dans le quotidien américain et signé Labib Al Nahhas, responsable des relations extérieures du groupe, critique vivement la stratégie en Syrie de l'administration du président Barack Obama, qu'il qualifie "d'échec total".

Les Etats-Unis sont tellement soucieux de ne pas soutenir les groupes radicaux en Syrie que leur qualification de groupe "modéré" exclut la plupart des groupes d'opposition du pays, dénonce l'auteur. Selon lui, Ahrar al-Sham a été "accusé à tort" d'être proche d'Al-Qaïda et a été "injustement calomnié" par l'administration Obama.

Cette organisation islamiste, la plus puissante des groupes rebelles syriens, s'est alliée à Al-Nusra, groupe satellite d'Al-Qaïda, pour combattre le régime syrien et le groupe extrémiste Etat Islamique (EI).

Cette alliance a permis de repousser ces derniers mois les forces du régime de villes-clé dans la province de Idlib, dans le nord-ouest. Les trois groupes sont la cible de raids aériens menés par les Etats-Unis en Syrie pour détruire le groupe EI.

Alternative sunnite locale

Etre étiqueté "modéré" signifie recevoir du soutien et des formations de la part des Etats-Unis, qui ont récemment indiqué avoir entraîné 60 combattants, bien loin des 5400 envisagés initialement pour la première année. Selon les responsables militaires, ce faible nombre s'explique par la difficulté à trouver des groupes modérés voulant combattre l'EI.

Selon M. Nahhas, les Etats-Unis doivent arrêter d'être si restrictifs et reconnaître des groupes d'opposition importants comme Ahrar al-Sham. "Englués dans leurs bulles, les politiciens de la Maison Blanche dépensent des millions de dollars du contribuable américain pour soutenir des échecs infructueux de la CIA à soutenir les forces modérées en Syrie".

Washington devrait "admettre que l'idéologie extrémiste de l'EI ne peut être vaincue que par une alternative sunnite locale, avec une qualification de "modéré" définie non pas par la CIA mais par les Syriens eux-mêmes".