Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Tollé après la libération d'un islamiste

Abou Qatada, membre présumé d'al-Qaida, est sorti de prison pour être placé en résidence surveillée. Londres veut obtenir son extradition vers la Jordanie.

15 févr. 2012, 00:01
data_art_5753583

"The Sun" se propose de payer son billet d'avion. Reflétant la fureur populaire et l'indignation de la classe politique britannique, le tabloïd a lancé une pétition pour l'extradition de l'"ennemi public numéro un". Abou Qatada, considéré comme un dangereux membre de l'organisation terroriste al-Qaida, a été libéré lundi soir d'une prison britannique où il était détenu depuis plus de six ans.

Il est désormais assigné à résidence à Londres, dans les conditions les plus strictes. Muni d'un bracelet électronique, sous haute surveillance policière, il n'a droit qu'à deux heures de sortie par jour, ne peut fréquenter une mosquée, n'a pas droit à l'usage d'un téléphone portable ni d'internet. Mais il pourrait bénéficier d'une liberté totale d'ici à trois mois. Cette libération plonge le gouvernement britannique dans l'embarras face à un casse-tête judiciaire international. Elle a été décidée par un juge, considérant que cette détention sans procès et sans charge d'inculpation...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias