Tunisie: la bannière des salafistes flotte sur Regueb

Le drapeau national tunisien a fait place à la bannière noire de la mouvance salafiste sur la place des martyrs à Regueb, une localité de la région de Sidi Bouzid. Des habitants ont demandé au préfet de décrocher la bannière, en vain.

20 janv. 2013, 08:25
Des habitants de Regueb et des représentants locaux de l'opposition et d'ONG ont protesté auprès du gouverneur, en vain.

Le drapeau noir sur lequel se décline, en blanc, la profession de foi des musulmans, a été hissé le 9 janvier déjà sur un édifice haut de plusieurs mètres à la place du drapeau national, rouge et blanc.

Des habitants de Regueb et des représentants locaux de l'opposition et d'ONG ont protesté auprès du gouverneur lui demandant en vain de décrocher cette bannière salafiste et de remettre le drapeau national à sa place. Certains ont décidé de recourir à la justice.

Un précédent existe: un islamiste radical avait remplacé le drapeau tunisien par la bannière salafiste en mars 2011 à la faculté des lettres de la Manouba, à l'ouest de Tunis. Il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis.

Ce geste, filmé et posté sur internet, avait choqué en Tunisie. Il avait été perçu comme une "grave atteinte au symbole de l'identité nationale".

Les symboles de la mouvance salafiste, courant radical de l'islam sunnite, ont fait leur apparition dans le pays après la révolution qui a chassé l'ancien président Ben Ali en janvier 2011. Leur drapeau est de plus en plus présent dans les manifestations de rue et dans des mosquées du pays.