Guerre en Ukraine: la population romande s’inquiète, les autorités rassurent

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a provoqué une vague d’inquiétude en Suisse romande, en raison surtout du danger nucléaire. Les autorités tentent de calmer les craintes.
04 mars 2022, 13:53
Concernant le nombre de places disponibles dans les abris de protection civile, le taux de couverture dépasse les 100% en Suisse.

Face à l’invasion russe en Ukraine, la tension est montée au sein de la population romande, qui craint des répercussions dans sa région. Les autorités se montrent rassurantes: bien qu’un danger direct est peu probable, elles sont équipées pour faire face.

La population a posé de nombreuses questions depuis le début de l’invasion russe en Ukraine le 24 février, a confirmé jeudi dans un communiqué l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP).

A Bienne par exemple, les citoyens se sont inquiétés de la répartition des abris PC dans la région mais aussi d’un risque de pénurie de biens de consommation courante. Les autorités municipales se veulent rassurantes: leur plan de préparation est prêt et il y a suffisamment d’abris PC fonctionnels pour tout le monde.

Très peu probable

Mais un scénario dans lequel la population suisse devrait se réfugier dans les abris du pays reste très peu probable, selon elles. Il n’est pour l’heure pas question d’une situation de risque direct, rappelle Denis Froidevaux, chef de l’Etat-major cantonal vaudois de conduite.

Même dans les pires scénarios, à savoir l’élévation de la radioactivité en cas d’utilisation de l’arme nucléaire ou d’accidents nucléaires, la population ne serait pas forcément amenée à se réfugier dans les abris PC.

La Suisse dispose de près de neuf millions de places dans 365’000 abris publics et privés, indique le Département fédéral de la défense. Le taux de couverture dépasse les 100%, avec toutefois des disparités cantonales, régionales et locales.

par Keystone - ATS