Réservé aux abonnés

Une boîte de nuit brésilienne transformée en piège mortel

Le drame relance le débat sur l'absence de contrôle des municipalités.

28 janv. 2013, 00:01
data_art_6760678.jpg

Il était près de 11 heures du matin, à Santa Maria, une ville universitaire du Rio Grande do Sul, l'État le plus méridional du Brésil, quand la quatrième équipe de secours a jeté l'éponge. Les pompiers étaient à pied d'oeuvre toute la nuit après le déclenchement, vers deux heures du matin, d'un incendie dans la discothèque Kiss. Le bilan est lourd: au moins 232 morts, et plus de 200 blessés, dont certains continuent de succomber à leurs blessures à l'hôpital. La plupart des victimes sont mortes asphyxiées, ou piétinées dans le mouvement de panique. "J'ai entendu crier "au feu!" , et tout le ...