Virus Zika: l'OMS réclame 120 millions de dollars en plus

Le combat pour éradiquer le virus Zika est loin d'être gagné. L'Organisation mondiale de la santé demandent plus de 120 millions de dollars pour lutter contre l'épidémie jusqu'en décembre 2017.
17 juin 2016, 13:05
Le virus Zika continue de faire des ravages.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et son bureau pour le continent américain renforcent leur plan pour prévenir et gérer les complications liées au virus Zika. Ils demandent 121,9 millions de dollars jusqu'en décembre 2017.

Cette enveloppe s'ajoute à celle qui avait été requise en février face à l'épidémie. Seuls un peu plus de 4 millions de dollars, soit 20% de l'appel, avaient été reçus, a rappelé vendredi devant la presse à Genève un porte-parole de l'OMS.

Parmi les priorités retenues pour ce nouveau plan figurent la détection, la prévention avec le contrôle du moustique qui répand le virus, le traitement et le soutien, la recherche et la coopération sur la riposte face à la propagation de l'infection. L'OMS a appris "beaucoup" sur Zika et ses conséquences depuis son cadre stratégique de riposte lancé en février, a affirmé sa directrice générale Margaret Chan.

Il faut un plan "unique" qui mette au centre le soutien aux femmes et aux filles en âge d'être enceintes. Ce nouveau cadre demande une coopération pour éviter une nouvelle extension de Zika dans d'autres pays. Il vise aussi à mettre en garde contre le manque d'immunisation de la population dans les régions où le virus est constaté pour la première fois.

Présent dans 60 pays

Des vaccins, des traitements spécifiques et des tests de diagnostic rapide manquent toujours. L'accès à des conditions sanitaires et aux services de santé dans les régions touchées est inégal.

Plus de 60 partenaires sont actifs avec l'OMS pour la riposte à Zika, soit au moins 20 de plus par rapport à février. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait établi en mai dernier un Fonds spécial pour le virus.

La transmission du virus Zika a été observée dans une soixantaine de pays ou territoires. Plus de 1,5 million de Brésiliens ont déjà été infectés.

 

Brésil: Jose Wesley est un bébé atteint de microcéphalie. Sa mère le plonge régulièrement dans un bain, ce qui calmerait l'enfant.
Brésil: Jose Wesley est un bébé atteint de microcéphalie. Sa mère le plonge régulièrement dans un bain, ce qui calmerait l'enfant. ©KEYSTONE
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays.
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays. ©KEYSTONE
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika.
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika. ©KEYSTONE
Le virus Zika est transmis par les piqûres de ce moustique appelé "Aedes aegypti", également vecteur principal de la dengue, du chikungunya et de la fièvre jaune.
Le virus Zika est transmis par les piqûres de ce moustique appelé "Aedes aegypti", également vecteur principal de la dengue, du chikungunya et de la fièvre jaune. ©KEYSTONE
Brésil: opération de fumigation à Rio de Janeiro où le carnaval commencera le 5 février.
Brésil: opération de fumigation à Rio de Janeiro où le carnaval commencera le 5 février. ©KEYSTONE
Brésil: Elison berce son petit frère José, atteint de microcéphalie.
Brésil: Elison berce son petit frère José, atteint de microcéphalie. ©KEYSTONE
Sao Paulo: les militaires brésiliens se protègent avec un répulsif pour insectes avant une opération de nettoyage visant à éliminer le moustique "Aedes aegypti".
Sao Paulo: les militaires brésiliens se protègent avec un répulsif pour insectes avant une opération de nettoyage visant à éliminer le moustique "Aedes aegypti". ©KEYSTONE
Photographie du virus Zika au microscope. Les enfants dont la mère porte le virus naissent avec une microcéphalie. Leur tête est plus petite que la normale et le développement de leur cerveau ne se déroule pas correctement.
Photographie du virus Zika au microscope. Les enfants dont la mère porte le virus naissent avec une microcéphalie. Leur tête est plus petite que la normale et le développement de leur cerveau ne se déroule pas correctement. ©KEYSTONE
Mexique: 15 cas d'infection au virus Zika ont été officiellement recensés dans le pays.
Mexique: 15 cas d'infection au virus Zika ont été officiellement recensés dans le pays. ©KEYSTONE
Salvador: le gouvernement a décrété trois jours de fumigation pour réduire la présence du moustique qui transmet le virus Zika.
Salvador: le gouvernement a décrété trois jours de fumigation pour réduire la présence du moustique qui transmet le virus Zika. ©KEYSTONE
Brésil: Luisa, née en octobre, est atteinte de microcéphalie, certainement liée au virus Zika que sa mère a contracté pendant la grossesse.
Brésil: Luisa, née en octobre, est atteinte de microcéphalie, certainement liée au virus Zika que sa mère a contracté pendant la grossesse. ©KEYSTONE
Brésil: un laboratoire fait des analyses pour détecter le virus Zika. Le nombre de cas a augmenté de façon inquiétante dans au moins deux pays d'Amérique latine.
Brésil: un laboratoire fait des analyses pour détecter le virus Zika. Le nombre de cas a augmenté de façon inquiétante dans au moins deux pays d'Amérique latine. ©KEYSTONE
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays.
Brésil: la ville de Recif est la plus touchée par le virus Zika. Le gouvernement a mobilisé 250'000 militaires et employés des services sanitaires pour éradiquer le moustique dans cette zone du pays. ©KEYSTONE
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika.
Pérou: opération de fumigation dans le cimetière de Lima pour prévenir la dengue, le chikungunya et le virus Zika. ©KEYSTONE
Brésil: des moustiques "Aedes aegypti" sont analysés dans un laboratoire à Sao Paulo. Le gouvernement brésilien veut financer les recherches pour trouver rapidement un vaccin contre le virus Zika.
Brésil: des moustiques "Aedes aegypti" sont analysés dans un laboratoire à Sao Paulo. Le gouvernement brésilien veut financer les recherches pour trouver rapidement un vaccin contre le virus Zika. ©KEYSTONE