Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Vol MH370: le débris trouvé à La Réunion provient bien du Boeing de la Malaysia Airlines

La provenance du fragment d'aile découvert à La Réunion ne fait plus aucun doute pour les autorités malaisiennes. Il s'agit bien d'un débris appartenant au Boeing 777 de la Malaysia Airlines.

25 août 2015, 16:16
epa04873266 (FILE) A file picture dated 29 July 2015 shows a piece of debris, later identified as a flaperon from an airplane, washed ashore in Saint-Andre de la Reunion, eastern La Reunion island, France. Malaysian Prime Minister Najib Razak announced 05 August 2015 that the flaperon found on the French Reunion Island a week ago was a part of the missing Malaysia Airlines flight MH370.  EPA/ZINFOS974

Le fragment d'aile d'avion découvert la semaine passée à La Réunion appartient très probablement au Boeing 777 de la Malaysia Airlines, a dit mercredi la justice française. Le Premier ministre malaisien Najib Razak a déclaré pour sa part que la provenance de la pièce ne faisait aucun doute.

Le procureur de la République adjoint de Paris, Serge Mackowiak, a indiqué que les premières analyses effectuées dans la journée avaient débouché sur de "très fortes présomptions" de l'appartenance du flaperon au vol MH370 Kuala Lumpur-Pékin, dont la disparition n'a pas été élucidée à ce jour. Mais "des analyses complémentaires débuteront dès demain (jeudi) matin", a ajouté le magistrat.

A Kuala Lumpur, le Premier ministre malaisien Najib Razak a déclaré pour sa part que la provenance de la pièce ne faisait aucun doute. "C'est avec un coeur très lourd que je dois vous dire qu'une équipe internationale d'experts a conclu que le débris trouvé sur l'île de la Réunion provient effectivement du vol MH370" disparu en mars 2014 avec 239 personnes à son bord, a-t-il dit à la télévision.

"Nous avons maintenant des preuves physiques (...) que le vol MH370 a terminé son voyage tragiquement dans le sud de l'Océan Indien", a-t-il ajouté. M. Razak s'exprimait quelques minutes avant le procureur adjoint de Paris, qui a fait le bilan des premiers examens du débris effectués près de Toulouse par un expert judiciaire, des représentants de Boeing, de Malaysia Airlines mais aussi d'experts de Malaisie, Chine, Australie, Royaume-Uni et Singapour.

Impératif de transparence

La provenance de ce volet d'avion appelé flaperon faisait peu de doutes : les autorités malaisiennes avaient affirmé dès dimanche qu'il s'agissait d'une pièce de Boeing 777.

La pièce "provient bien d'un Boeing 777, en raison de ses caractéristiques techniques" et la "documentation technique" communiquée par les représentants de la compagnie aérienne a permis d'effectuer "un rapprochement entre la pièce examinée par l'expert et le flaperon du Boeing 777 du vol MH 370 au regard de leurs caractéristiques techniques communes", a précisé Serge Mackowiak.

Il a également déclaré que le morceau de valise retrouvé sur la même plage que le flaperon du Boeing et acheminé lui aussi de la Réunion avait été placé sous scellés pour être remis à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale à Pontoise (Val-d'Oise), qui l'examinera "dans les meilleurs délais".

Les juges d'instruction français ont rappelé lundi, après une rencontre à Paris notamment avec les experts malaisiens, le parquet et les enquêteurs français "l'impératif de transparence" dû aux familles des victimes. La justice française a engagé une enquête préliminaire après la disparition du vol, à bord duquel se trouvaient quatre ressortissants français.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias