Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Zone euro: l'UE revoit ses prévisions à la baisse

En raison d'un contexte mondial moins favorable et de l'incertitude liée à un éventuel "Brexit", l'UE a abaissé ses prévisions de croissance et d'inflation pour la zone euro en 2016 et 2017.

03 mai 2016, 12:13
"Une grande incertitude entoure ces prévisions", écrit la Commission, pointant de nouveau le ralentissement de la croissance des marchés émergents.

La Commission européenne a abaissé mardi très légèrement ses prévisions de croissance et d'inflation pour la zone euro en 2016 et 2017. Elle a souligné un contexte mondial moins favorable et l'incertitude liée à un éventuel "Brexit".

Dans ses prévisions de printemps, l'exécutif européen table désormais sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB), de 1,6% en 2016 et de 1,8% en 2017 en zone euro, contre 1,7% en 2016 et 1,9% en 2017 prévus dans son pronostic d'hiver du 4 février dernier.

"Une grande incertitude entoure ces prévisions", écrit la Commission, pointant de nouveau le ralentissement de la croissance des marchés émergents, en particulier la Chine. De plus, les risques "liés à l'évolution de la situation intérieure de l'UE restent considérables, comme par exemple ceux liés au rythme de mise en oeuvre des réformes structurelles et à l'incertitude du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union", ajoute-t-elle.

 

Baisse de l'inflation

Côté inflation, la Commission a également revu en baisse ses prévisions: elle attend désormais des taux de 0,2% en 2016 et de 1,4% en 2017. Dans son pronostic d'hiver, elle tablait sur une hausse des prix à la consommation de 0,5% cette année et de 1,5% pour l'an prochain.

L'exécutif européen a apporté son soutien au président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, très vivement critiqué en Allemagne pour sa politique de très faibles taux. "La politique monétaire très accommodante a ouvert la voie à une reprise de l'investissement en facilitant l'accès à un financement moins coûteux", a-t-il dit.

Sur le front de l'emploi, les prévisions de printemps étaient plus positives que celles d'hiver. La Commission européenne table désormais sur un taux de chômage de 10,3% en 2016 et de 9,9% en 2017. Le 4 février dernier, elle prédisait un taux de 10,5% cette année et de 10,2% l'an prochain.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias