Revue de presse: vaccination trop lente, restrictions pour les écoles et indemnisation… les titres de ce dimanche

Le coronavirus occupe une fois de plus les Unes de la presse de ce dimanche. Au menu: campagne de vaccination trop lente, nouvelles mesures pour les écoles et indemnisation aux entreprises en baisse ou absente.
17 janv. 2021, 10:44
Les journaux dominicaux reviennent sur les principaux faits d'actualité de ces derniers jours.

Vaccination trop lente

Les cantons trop lents à vacciner leur population contre le Covid-19 pourraient par la suite recevoir moins de doses de vaccins, selon la NZZ am Sonntag, qui se fonde sur plusieurs sources proches du gouvernement. Si un canton administre moins de la moitié de ses doses, il pourrait même ne plus rien recevoir du tout. A contrario, les cantons administrant leurs doses rapidement pourraient en recevoir davantage. Certains cantons n’arrivent pas à faire parvenir rapidement les doses à la population, comme ceux de Vaud et du Valais, qui sont à la traîne. Tous deux n’auraient vacciné qu’un quart environ du stock des pharmacies cantonales.

Baisse des lits dans les EMS

Les établissements médico-sociaux (EMS) ne sont plus aussi remplis qu’il y a quelque temps. Selon les faîtières cantonales romandes, la diminution du taux d’occupation des lits va de 3 à 10%. Les raisons sont multiples, notent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. D’une part, les décès dus au coronavirus se sont produits pour plus de la moitié dans les homes pour personnes âgées. D’autre part, les familles ont aujourd’hui davantage de réticences à placer leurs aînés en EMS. La crainte sanitaire, mais aussi celle de ne plus pouvoir approcher leurs parents ou grands-parents les incitent à reporter un placement. Cette situation pèse lourd sur les finances de certains EMS, qui risquent de devoir procéder à des licenciements.

Mesures renforcées dans les écoles

La Confédération envisage un renforcement des mesures contre le coronavirus dans les écoles, selon la NZZ am Sonntag. Jusqu’à présent, le Conseil fédéral a donné carte blanche aux cantons sur ce point, mais plusieurs signes annoncent un changement. Le secrétariat général du Département fédéral de l’intérieur a demandé à la task force scientifique et à la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) des détails sur les mesures prises en milieu scolaire, confirme au journal un porte-parole de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les collèges et écoles professionnelles seraient les premiers visés par des mesures imposées par Berne, telles que l’enseignement en demi-classe ou en alternance, ou l’annulation de certaines matières.

Employés de la santé opposés à la vaccination

Des employés du secteur de la santé veulent former une association professionnelle pour s’opposer à la vaccination en cours contre le coronavirus, selon des informations du SonntagsBlick. Les intéressés se sont organisés via le service de messagerie Telegram. «Il est urgent que nous nous battions et que nous descendions dans la rue. On nous utilise comme des cobayes», martèle un travailleur de la santé sur un chat Telegram. L’association émergente étend ses racines jusqu’à Patrick Jetzer. Jusqu’à récemment, celui-ci travaillait au secteur vente du géant pharmaceutique américain Pfizer, qui a lancé un vaccin sur le marché avec la société allemande Biontech. Au cours des derniers mois, M. Jetzer est apparu au public comme un sceptique du coronavirus.

Entreprises laissées sur le carreau

Malgré une nouvelle fermeture forcée, environ 6000 entreprises ne recevront pas d’indemnisations de l’Etat pour les difficultés rencontrées face au COVID-19, indique la SonntagsZeitung. Les sociétés créées après le 1er mars 2020 ainsi que les sociétés nouvellement inscrites au registre du commerce après une fusion, une acquisition ou une restructuration ne sont pas prises en compte dans la nouvelle réglementation. «Cette inégalité de traitement est discriminatoire», écrit l’Union suisse des arts et métiers (usam) dans une lettre adressée vendredi soir au ministre des finances Ueli Maurer. Il est urgent d’apporter des corrections et des ajustements à ces instruments de compensation.

Indemnisation supprimée pour les employés de Migros

Le distributeur Migros supprime son indemnisation en cas de chômage partiel, selon un rapport du SonntagsBlick. Des milliers d’employés du géant orange touchés par le chômage partiel avaient jusqu’ici pu compenser grâce à l’entreprise la perte de 20% de leur salaire à cause de la lutte contre le coronavirus – les 80% restants étant indemnisés d’office par la Confédération. Migros n’entend désormais plus combler les lacunes. «Il est vrai que Migros a adapté l’indemnisation du chômage partiel à la couverture légale requise à partir de janvier 2021», indique un porte-parole du distributeur. Les employés des 330 centres de fitness et loisirs, les 1600 employés de l’école-club Migros et les 2600 employés de l’agence de voyage Hotelplan sont notamment concernés.

Berset veut une quarantaine plus courte

Le ministre de la santé Alain Berset souhaite mettre en œuvre davantage de tests COVID-19 ainsi qu’un raccourcissement de la période de quarantaine. «Nous avons désormais une capacité de test suffisante», justifie-t-il auprès de la SonntagsZeitung. «Nous sommes donc favorables à ce que les tests soient plus nombreux et, dans certaines situations, systématiques. Cela aurait du sens par exemple dans les maisons de retraite, écoles ou zones sensibles après un cluster.» Il ne faudrait aussi plus toujours attendre qu’une personne présente des symptômes avant de procéder à des tests. Ces derniers devraient permettre en outre de raccourcir la quarantaine. «Nous sommes en train d’étudier dans quelles conditions» la raccourcir, ajoute-t-il. Une possibilité serait un test de détection après quelques jours de quarantaine.

Suisse en tête pour l’approvisionnement du vaccin de Moderna

La Suisse figurera parmi les leaders internationaux pour l’approvisionnement de sa population en vaccins contre le coronavirus de Moderna au cours du premier semestre 2021, selon le SonntagsBlick. Les informations proviennent de Dan Staner, directeur européen de la firme américaine de biotechnologie Moderna. «Nous travaillons 24 heures sur 24 pour fournir des doses de vaccin à tous les pays le plus vite possible», déclare ce dernier. Il indique aussi que les 7,5 millions de doses de vaccin commandées par la Suisse pourraient être livrées en plusieurs tranches d’ici l’été. En termes de logistique cependant, Moderna s’appuie sur des partenaires.