Revue de presse: les vaccinations, le télétravail et le suffrage fédéral féminin… les titres de ce dimanche

Le coronavirus fait une fois encore les titres de la presse dominicale, qui parlent notamment des pertes fiscales, des vaccinations et du télétravail. Les 50 ans du suffrage fédéral féminin sont aussi abordés. Voici les principales informations, non confirmées à Keystone-ATS:
31 janv. 2021, 08:34
On fait pour vous le tour des principaux titres de la presse suisse de ce dimanche.

Vers des pertes fiscales

La Confédération suisse s’attend, en raison de la crise liée au nouveau coronavirus, à un recul de 5 milliards de francs (-6,9%) des recettes fiscales en 2020 par rapport à ce qui avait été inscrit au budget, indique Le Matin Dimanche. Cette somme représente l’enveloppe annuelle de l’armée. La crise a un lourd impact sur la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), dont les recettes sont estimées en baisse de 3 milliards de francs. Elle touche aussi les entreprises, qui devraient verser 1,3 milliard de francs en moins d’impôt fédéral direct (IFD). L’Administration fédérale des finances parle d’une baisse «sans précédent» de près de 10%. Du côté des ménages, le recul des recettes fiscales est évalué à 1,1 milliard. Les contribuables ne doivent pas s’attendre à des cadeaux. «Seuls les frais effectifs pourront être déduits» dans le calcul de l’IFD, souligne dans le journal Joel Weibel, porte-parole de l’Administration fédérale des contributions.

Tests de masse dans treize cantons

Treize cantons envisagent de procéder à des tests de masse contre le nouveau coronavirus, suite à la décision du Conseil fédéral de financer les dépistages, relate le SonntagsBlick. Les Grisons vont ainsi lancer la plus grande opération de tests de Suisse, en pratiquant des dépistages de Covid-19 réguliers dans les maisons de retraite, les écoles et les entreprises. «Nous planifions une action similaire», déclare dans le journal un porte-parole du canton de Zurich. Les autorités zurichoises travaillent actuellement à la mise en oeuvre du plan. L’Argovie veut également procéder à des tests de masse dès que possible. Un groupe de travail planche sur le sujet à Appenzell Rhodes-Extérieures.

Des retards qui coûtent cher

Les retards dans la vaccination contre le Covid-19 coûtent entre 50 et 100 millions de francs de produit intérieur brut (PIB) par jour à la Suisse, affirme la NZZ am Sonntag, citant une étude. Interrogé par le journal, le professeur d’économie de l’université de Lausanne Marius Brülhart, co-auteur de l’enquête, estime que vacciner le plus rapidement et le plus possible de personnes est important non seulement d’un point de vue sanitaire, mais aussi économique. Selon la NZZ am Sonntag, seules 650’000 personnes pourront être vaccinées d’ici à février en Suisse, au lieu des 1,3 million prévu. Ce nombre, que le Conseil fédéral a dû réviser en raison des baisses des livraisons de vaccins par rapport aux quantités commandées, figure dans le plan vaccination de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), selon le journal.

De plus en plus de Suisses pour le vaccin

Le nombre de Suisses voulant se faire vacciner contre le SARS-CoV-2 atteint un nouveau record, selon le SonntagsBlick, qui se réfère à une enquête de l’université de Zurich. 55% des personnes interrogées au cours de la troisième semaine de janvier ont répondu qu’elles allaient très probablement ou probablement se faire vacciner. À la mi-décembre, cette proportion n’était que de 41%. Mais 28% des sondés ne voulaient toujours pas recevoir les injections contre le Covid-19 en janvier. Une personne sur six se dit encore indécise.

Le télétravail pas toujours respecté

Seuls 65% des employés de l’administration fédérale respectent l’obligation du télétravail, relève la SonntagsZeitung. Dans les administrations cantonales d’Argovie, de Berne et de St-Gall, cette proportion monte à 75%. En excluant les enseignants, elle atteint même 90% à Bâle-Campagne. «Si la Confédération ordonne le travail à domicile, elle doit être un modèle et le mettre en œuvre de manière conséquente», remarque le conseiller national Marco Romano (PDC/TI) dans le journal. L’Office fédéral du personnel (OFPER) explique que la Confédération dispose d’une large palette de profils professionnels. «Une partie notable ne peut pas du tout travailler à domicile», souligne l’OFPER, citant comme exemple le personnel militaire professionnel et les employés de l’administration des douanes et des instituts de recherche.

Des masques pas assez bons?

La Suisse a acheté des masques FFP2 à la société commerciale Emix pour plusieurs millions de francs, alors que les résultats des tests des masques sanitaires effectués par le laboratoire de Spiez (BE) étaient insuffisants, note la NZZ am Sonntag. «D’après le rapport, il est clair que les masques ont un certain effet protecteur, mais ils ne peuvent pas être décrits comme bons par rapport aux exigences standards», déclare dans le journal une porte-parole du laboratoire, qui appartient à l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP). Le laboratoire de Spiez n’est cependant pas accrédité pour les contrôles de qualité des masques sanitaires, ajoute-t-elle. Il n’a été sollicité que pour des «tests provisoires» après l’arrivée du coronavirus en Suisse.

De vrais progrès dans l’égalité

Interviewée dans Le Matin Dimanche et le SonntagsBlick dans le cadre des 50 ans du droit de vote des femmes au niveau fédéral, la ministre suisse de la justice Karin Keller-Sutter estime qu’il y a eu beaucoup de changements en Suisse. «L’égalité a avancé. Le droit matrimonial s’est modifié. Il y a eu, chez les femmes et chez les hommes, de vrais progrès de société», remarque-t-elle. «Ce qui reste à faire concerne plutôt les questions structurelles, en particulier la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle», ajoute-t-elle. Elle refuse l’étiquette de féministe: «Je préfère dire que je suis pour l’égalité des chances». Si la conseillère fédérale PLR n’estime «pas vraiment» avoir été discriminée dans sa vie, elle a «quand même toujours eu l’impression [qu’elle était, ndlr] plus observée que [ses] collègues masculins et jugée plus sévèrement».

Procédure contre Coop

La commission de la concurrence (COMCO) a ouvert une procédure contre le détaillant Coop, rapporte la SonntagsZeitung. L’enquête préliminaire de l’autorité de contrôle porte sur les pratiques commerciales du deuxième plus grand distributeur de Suisse dans les contrats avec les fournisseurs. Coop aurait exercé une certaine pression sur les fournisseurs au cours des derniers mois. La commission examine un possible abus de position dominante.

Serafe veut plus d’argent

La société de perception de la redevance radio-TV Serafe veut que la Confédération lui verse davantage d’argent pour ses services, affirme la SonntagsZeitung. Elle réclame des frais supplémentaires pour des services qui n’étaient pas prévus dans le cahier des charges, comme le fait d’avoir été le seul contact pour toutes les demandes des clients. L’Office fédéral de la communication (OFCOM) a confirmé au journal qu’il avait reçu une demande de remboursement de frais supplémentaires. Le montant de cette requête n’a pas été révélé, mais, selon le journal, il atteindrait plusieurs millions de francs.