Transplantation: le don d'organes a progressé en Suisse en 2015

Le don d'organes a progressé en Suisse en 2015. Mais dans des proportions qui restent encore insuffisantes: on est passé de 14,4 à 17,4 donneurs par million d'habitants. Résultat, 1384 patients sont toujours en attente d'une greffe.
20 janv. 2016, 09:30
Malgré cette hausse, 65 personnes sont mortes l'an dernier faute d'un don d'organes.

Quelque 143 personnes décédées ont fait don de leurs organes en 2015, contre 117 un an plus tôt. Cela représente 17,4 donneurs par million d'habitants, alors que ce taux était de 14,4 l'année précédente, indique Swisstransplant.

Il s'agit de "la meilleure année pour le don d'organes en Suisse", se réjouit la fondation nationale pour le don et la transplantation d'organes mercredi dans un communiqué. Le nombre d'organes transplantés venant de donneurs décédés s'est élevé à 471. Cette hausse de 17% est notamment due aux 127 donneurs décédés en état de mort cérébrale avec des fonctions cardio-vasculaires intactes.

Aux 143 donneurs morts, il faut ajouter 103 personnes en vie auxquelles un organe a été prélevé. Au total, 552 patients ont bénéficié d'une transplantation l'an dernier, soit environ 10% de plus que durant l'année précédente.

Longue liste d'attente

Actuellement, 1384 patients attendent une greffe, contre 1370 il y a un an. Malgré cette légère hausse, la croissance constante des dernières années a ralenti, note la fondation. Une évolution positive qui ne se reflète cependant pas au niveau des décès de patients sur la liste d'attente: 65 d'entre eux sont morts, contre 61 l'année précédente.

"Avec le temps, l’état de santé de certains patients sur la liste d’attente se détériore à tel point qu’il n’est plus possible de procéder à une transplantation", explique PD Dr. Franz Immer, directeur de Swisstransplant, cité dans le communiqué. Pour que la situation s’améliore, le nombre de donneurs doit continuer à augmenter, souligne-t-il.