Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Ça plane pour Simon Progin

Médaillé aux Européens, le résident de Genolier est épanoui.

08 août 2014, 13:55
data_art_8285388.jpg

Simon Progin est sur un petit nuage. Il s'éclate dans son sport et les résultats suivent. Le duo qu'il forme avec son partenaire de l'équipe nationale Nicolas Schori est ressorti médaillé de bronze de l'épreuve synchro des Championnats d'Europe de trampoline de Guimãres (Portugal) qui se sont déroulés au mois d'avril. Il s'agissait ni plus ni moins pour le clan suisse de la première médaille masculine dans la compétition depuis dix ans. Une belle performance pour le trampoliniste de Genolier, qui ne disputait alors que sa quatrième compétition internationale!

En juin dernier, le binôme a confirmé son potentiel en terminant à la cinquième place de la dernière étape de Coupe du monde qui s'est tenue à Arosa. De quoi nourrir des ambitions pour les futures compétitions? " Je n'ai pas vraiment de rêve ou d'objectif particulier, explique-t-il, avant d'ajouter, après réflexion , qu'il aimerait bien participer aux Jeux olympiques. Mais ce que je souhaite avant tout, c'est continuer à pendre énormément de plaisir et voir jusqu'où je peux aller, essayer d'atteindre mes limites. "

 

Le sport avant tout

 

Ce sport, il l'aime. L'adrénaline qu'il génère, ce mélange de peur et d'excitation juste avant de monter sur le trampoline et la sensation de tout dominer quand il rebondit à neuf ou dix mètres de haut, il s'en délecte. Mais cette pratique adorée, Simon Progin n'y est arrivé que tardivement.

Né à Madagascar en 1990, il a deux ans lorsqu'il arrive en Suisse, adopté, avec son frère Edouard, par la famille Progin, établie à Genolier. D'aussi loin qu'il se souvienne, il a toujours voulu consacrer sa vie au sport. Après avoir tâté du rugby dès son plus jeune âge, il s'est essayé au football. " Comme tout le monde ", lâche-t-il sourire aux lèvres. Un grand changement survient lorsque des tensions familiales l'amènent à intégrer le foyer de l'Ecole protestante d'altitude (EPA) à Saint-Cergue. Il a alors 8 ans. " Cela m'a énormément apporté. J'y suis resté jusqu'à l'âge de 15 ans, tout d'abord en tant qu'externe, puis comme interne. J'ai appris beaucoup de choses et j'ai eu la possibilité de faire énormément de sport. Sans cette école je ne serais pas là où je suis aujourd'hui. "

 

L'acrobatie dans le sang

 

Malgré des dispositions évidentes dans certains sports - notamment en escrime où il devient vice-champion suisse de sabre de sa catégorie d'âge en 2005 -, ce qui plaît avant tout à Simon, ce sont les acrobaties. " J'ai aimé ça depuis tout petit. Je reproduisais tout seul ce que je voyais à la télé. Dès qu'il y avait un muret quelque part, je faisais une cabriole. C'était pour moi un moyen de me défouler. "

A 16 ans, c'est le déclic. " J'ai vu une émission sur le cirque et ça m'a emballé . Mes parents m'ont proposé d'aller faire un stage de deux semaines à l'école de cirque Zöfy, à Sion. Je m'y suis éclaté et j'ai immédiatement su que c'était ce que je voulais faire. Je me suis alors tout de suite lancé dans la formation professionnelle que l'école proposait. " Durant trois ans, il apprend à devenir un artiste de cirque. Et découvre le trampoline. Son premier entraîneur, prénommé Zigmunt, décelant son potentiel, lui conseille alors de faire de la compétition. " Je lui dois beaucoup. Ainsi qu'à mes parents qui m'ont toujours énormément soutenu. "

 

Le cirque, encore et toujours

 

Après avoir échoué une première fois aux tests d'aptitude, une seconde tentative réussie lui ouvre les portes. Puis tout s'enchaîne: la rencontre avec Odile Rochat, entraîneur du cadre suisse, qui lui propose de venir s'entraîner au Centre régional de performance à Aigle, suivie de celle avec Robert Raymond, l'entraîneur national. A force de travail, il est parvenu, il y a deux ans, à intégrer l'équipe de Suisse. Avec la réussite que l'on sait.

Diplômé en arts du cirque, Simon partage actuellement sa vie entre son travail de formateur à Zöfy, désormais installée à Charrat (VS), près de Martigny, et les entraînements et les compétitions. Son avenir? Il l'a bien en tête: " Faire un maximum de trampoline. Ensuite j'aimerais rejoindre mes amis du cirque pour créer un spectacle, faire le tour de l'Europe ou même du monde! "

Votre publicité ici avec IMPACT_medias