Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Des icebergs sur la route des Kerguelen

«Spindrift 2» et «IDEC» sont entrés dans l’Indien. Ils ont désormais du retard sur le tableau de marche de Loïck Peyron.

06 déc. 2015, 23:31
/ Màj. le 07 déc. 2015 à 00:01
Spindrift 2, Trophée Jules Verne, 2015

jean-guy python

sports@lacote.ch

C’est samedi à 12h et 17 minutes que Francis Joyon, Bernard Stamm et les quatre hommes d’équipage du maxi-trimaran «IDEC» ont franchi la longitude du cap des Aiguilles en Afrique du Sud, qui marque traditionnellement la fin de l’Atlantique sud et l’entrée dans l’océan Indien. Pour les marins d’«IDEC», la route s’allonge et le retard sur Loïck Peyron – détenteur du record du Trophée Jules-Verne depuis 2012 – ne cesse d’augmenter: il était d’un peu plus d’un jour au moment d’aborder l’Indien. Mais rien n’est encore joué, puisque les hommes de Joyon ont pris tous les risques en descendant très sud… en pleine zone de glaces.

Une situation qui s’explique par une trajectoire difficile dans l’Atlantique sud: «Nous n’avons pas pu demeurer à l’avant du front qui nous aurait permis de passer Bonne Espérance sur un seul bord et dans un temps proche du record»,...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias