Entre la FIFA et le Brésil, les tacles sont appuyés

Les préparatifs de la Coupe du monde de 2014 virent au conflit diplomatique.
05 août 2015, 15:47
118552835_800x533

«La Côte» ouvre les frontières de votre région au sport de l’étranger. De l’Europe à l’Amérique en passant par l’Afrique, l’Asie et l’Océanie, votre quotidien vous fait découvrir des facettes externes à l’actualité sportive régionale, un mercredi sur deux. Ce mercredi 29 février, les enjeux d’un pays émergent et ceux de la FIFA, concernant l’organisation de la Coupe du monde de 2014 au Brésil, sont mis en lumière dans la rubrique «Sport sans frontières».

«Brazil». Au moment d’ouvrir l’enveloppe, Sepp Blatter ne se doutait sans doute pas de la lutte diplomatique que la FIFA allait devoir mener avec le pays hôte de la Coupe du monde de football 2014. L’échéance approche, et la présidente Dilma Rousseff ainsi que les responsables politiques brésiliens semblent peu apprécier l’ingérence de l’instance suprême du football. Car il s’agit d’un véritable «Etat parallèle» qu’entend créer la FIFA en marge de la grande messe du football. Tarifs, sécurité et surtout «business» se frottent alors à la législation locale...

L'enquête, dans son intégralité, est à découvrir dans notre édition de mercredi.