Euro 2016: on décortique le jeu de la Pologne

Futur adversaire de la Suisse, la Pologne a réalisé un premier tour costaud. Vainqueur de l'Irlande du Nord et de l'Ukraine sur le plus petit des scores (1-0), la Pologne a tenu en échec le champion du monde allemand. Analyse du jeu de la sélection d'Adam Nawałka.
24 juin 2016, 12:19
La Pologne possède une attaque redoutable et l'une des meilleures défenses du tournoi.

Une organisation solide, des joueurs qui se connaissent bien et des individualités de grand talent, surtout son avant-centre Robert Lewandowski: la Pologne est une de ces équipes que les adversaires se réjouissent de voir être éliminées... par d'autres. Samedi, ce sera à la Suisse de s'y coller.

Avec deux victoires 1-0 contre l'Irlande du Nord et l'Ukraine et un 0-0 face à l'Allemagne, la tentation existe de classer les Bialo-czerwoni dans la catégorie des formations défensives procédant par contre.

L'animation offensive a, elle, pour principal lieu d'expression les couloirs, normalement occupés par l'expérimenté Jakub Blaszczykowski à droite et Bartosz Kaputska à gauche. A eux d'alimenter la ligne d'attaque formée par Lewandowski et le prometteur Arkadiusz Milik.

Le goal de Blaszczykowski a offert la victoire à son équipe contre l'Ukraine (1-0).

 

Réduire la Pologne à cela serait toutefois non seulement présomptueux, mais aussi dangereux. Avec trente-trois buts inscrits par... onze joueurs différents, la sélection de Nawalka a tout simplement été la meilleure attaque des éliminatoires.

La défense, quant à elle, n'a pas plié depuis le début de l'Euro et il s'agit d'une surprise. Si le patron Kamil Glik était attendu à ce niveau, son binôme axial Michal Pazdan était source d'inquiétudes, peinant d'ordinaire à se montrer convaincant et régulier.

Le défenseur Glik a parfois de drôles de manières de défendre.

 

Les latéraux Lukasz Piszczek à droite et Artur Jedrzejczyk à gauche sont plus à l'aise quand ils se portent vers l'avant que quand il est question de protéger leur base arrière. Sans doute le point le plus vulnérable de cette Pologne.