La Suisse gagne en Albanie et valide son ticket pour le Brésil

Après l'Allemagne en 2006 et l'Afrique du Sud en 2010, la Suisse visitera le Brésil l'an prochain ! Elle a assuré sa qualification en s'imposant 2-1 à Tirana.

11 oct. 2013, 22:22
01278678

Le but de Xherdan Shaqiri rend l'histoire encore plus belle. A la 48e minute, le sociétaire du Bayern Munich était au bon endroit après un tir raté de Xhaka qui, par la magie du football, s'est transformé en un délicieux assist pour l'ouverture du score. Seul au point de penalty, Shaqiri n'a pas laissé passer l'aubaine. Cinq minutes plus tard, il était remplacé par Mehmedi en raison dune gêne à la cuisse. Le 2-0 devait tomber à la 78e minute avec une reprise de Lang sur un coup-franc d'Inler. Le remplaçant de Lichtsteiner ne pouvait sans doute pas rêver d'un plus beau scénario.

Dans cette rencontre de Tirana dont il était, en raison de ses origines notamment, le personnage central, Xherdan Shaqiri a démontré une fois encore qu'il était bien un joueur d'exception. Avant de frapper à la 48e minute, il avait offert deux «caviars» en première période, pour Stocker, dont la tête trouvait le poteau à la 20e, et pour Xhaka, qui devait trop tergiverser à la 31e.

Après une première période bien maîtrisée, la Suisse a été vraiment «bousculée» après le repos. Seulement... neuf secondes après la reprise, Rama, le meilleur Albanais, perçait le coeur de la défense pour la première occasion albanaise de la soirée. Une occasion enrayée par un Diego Benaglio qui fut, comme Xhaqiri, impérial le soir où il fallait, même s'il a provoqué le pénalty qui a permis à Salihi de réduire l'écart à la 89e. En la personne de l'Argovien, le football suisse possède vraiment l'un des tous meilleurs gardiens de la planète. Le fait qu'il ne joue pas dans un tout grand club nous conduit parfois à l'oublier.

Aucune raison de se rater

Avec un Benaglio maître de son sujet et un Shaqiri décisif, l'équipe de Suisse n'avait aucune raison de se rater à Tirana. La performance de choix de Fabian Schär en défense a également compté. Le Bâlois a pleinement justifié le choix du sélectionneur, qui avait pris un risque certain en le préférant à Djourou. Après le temps fort des Albanais qui a suivi l'ouverture du score, Ottmar Hitzfeld lançait Fernandes à la place de Stocker. Comme pour signifier qu'il était temps de fermer boutique. A la 76e toutefois, la Suisse connaissait sa plus grosse frayeur de la soirée avec une frappe de Roshi sur la transversale.

La plus forte équipe de son histoire

Qualifiée pour la première fois pour un grand tournoi avant même de devoir livrer son dernier match de la campagne, la Suisse ira au Brésil avec sans doute la plus forte équipe de son histoire. Même si ses adversaires dans ce groupe E étaient des équipes de ''seconde zone'', la maîtrise qu'elle a témoignée tout au long de cette campagne fut remarquable. Elle se doit de la conclure mardi à Berne sur une bonne note, pour prolonger son invincibilité. On rappellera que sa dernière défaite remonte à mai 2012, un 1-0 à Lucerne contre la Roumanie.

Le grand mérite d'Ottmar Hitzfeld fut de n'avoir pas hésité une seconde à apporter du sang frais au cours de cette campagne. Il a lancé Haris Seferovic ce printemps à Chypre avant d'introniser Fabian Schär ce dernier mois. Il entend faire jouer la concurrence à plein d'ici l'été prochain pour réussir au Brésil ce qu'il avait raté en Afrique du Sud: livrer une grande Coupe du monde.

La rencontre Suisse - Slovénie du mardi 15 octobre (20h au Stade de Suisse de Berne) comptera donc ''pour beurre'' pour les Helvètes. Espérons tout de même que le public saura répondre présent, afin de féliciter son équipe, et que les joueurs d'Ottmar Hitzfeld en profiteront pour poursuivre leur série d'invincibilité.