Le Bayern Munich rejoint Borussia Dortmund en finale de la Ligue des Champions

Les clubs allemands ont dominé les matches du dernier carré de la Ligue des Champions. Après sa victoire 4 à 0 du match aller, le Bayern de Munich s'est imposé 3 à 0 au Camp Nou à Barcelone. Les Bavarois affronteront le Borussia Dortmund en finale à Wembley.
07 août 2015, 11:18
Le Bayern Munich (ici le Brésilien Rafinha et le Néerlandais Robben) a rejoint Borussia Dortmund en finale de la Ligue des champions. Les Bavarois se sont imposés 3-0 à Barcelone grâce à Robben (48e), Piqué (72e/autogoal) et Müller (76e), confirmant leur succès de l'aller (4-0).

Wembley sera transformé en enclave allemande le 25 mai. Le Bayern Munich a en effet rejoint Borussia Dortmund en finale de la Ligue des champions. Les Bavarois se sont imposés sans problème 3-0 à Barcelone grâce à Robben (48e), Piqué (72e/autogoal) et Müller (76e), confirmant leur succès de l'aller (4-0).

Le Bayern disputera donc la 10e finale de son histoire en Ligue des champions, la troisième lors des quatre dernières éditions. Il tentera de décrocher le trophée pour la quatrième fois après 1974, 1975, 1976 et 2001. Sa qualification, virtuellement acquise après la démonstration effectuée huit jours auparavant, n'a jamais été remise en question. Les Allemands n'ont pas laissé leurs adversaires revenir dans cette double confrontation finalement bien plus déséquilibrée que prévu avec un score total sans appel de 7-0!

Barça gêné à la relance

Les hommes de Jupp Heynckes ont d'emblée gêné la relance de Barça grâce à l'activité inlassable de Mandzukic. Ils ont aussi exercé un gros pressing à mi-terrain qui perturbait les transmissions de balle des Catalans. Ceux-ci ont commis un nombre inhabituel de mauvaises passes, la conséquence de l'efficace travail de harcèlement des Munichois.

L'absence de Lionel Messi au coup d'envoi refroidissait l'enthousiasme des socios. Sans son magicien argentin, les chances de réaliser un incroyable retournement de situation semblait amoindries, comme le début de partie allait le confirmer. La maîtrise était bavaroise, le Bayern proposant un jeu plus vertical, plus direct et ses joueurs étant plus solides dans les duels.

Tout près de la rupture

A plusieurs reprises, Barcelone passait tout près de la rupture sur des actions collectives rapides des visiteurs. Piqué sauvait la baraque à trois reprises (12e/19e/26e) en intervenant in extremis sur Robben, Lahm puis Müller. En face, le Barça éprouvait toutes les peines du monde à venir menacer l'arrière-garde allemande.

Les Blaugrana se créaient deux occasions, tout d'abord sur une frappe de Pedro détournée par Neuer (24e), puis sur une volée de Xavi non cadrée après une remise de Fabregas (27e). Bien trop peu pour croire à une remontée épique.

Catalans assomés

Surtout que le Bayern (Shaqiri sur le banc) assomait les Catalans dès la reprise. Une longue transversale d'Alaba trouvait Robben sur le côté droit. Le Néerlandais, comme souvent, se remettait sur son pied gauche et trouvait la lucarne d'une frappe enroulée qui ne laissait aucune chance à Valdes (48e).

Ce but cassait l'ambiance du Camp Nou, qui prenait conscience de la nette supériorité d'un Bayern plus que jamais lancé à la poursuite d'un hallucinant triplé championnat - Coupe - Ligue des champions. Les Bavarois enfonçaient le clou en fin de partie grâce à Ribéry, qui était à l'origine de l'autogoal de Piqué (72e) et du but de Müller (76e).

Battu 4-0 dans le même stade il y a deux ans en quart de finale, le club munichois a pris une revanche éclatante, qui pourrait aussi signifier la fin d'un cycle au Barça, loin d'afficher le même rendement qu'en 2011 ou que l'automne dernier quand il filait de victoire en victoire.

La situation étant désespérée, Tito Vilanova renonçait logiquement à risquer Messi. Le coach blaugrana sortait même Xavi et Iniesta en cours de seconde période. Tout un symbole! Barcelone n'avait plus perdu chez lui sur la scène européenne depuis le 20 octobre 2009, contre Rubin Kazan en phase de poules.