Le FC Bâle contraint au nul par le Steaua à Bucarest

La Roumanie joue décidément de drôles de tours au FC Bâle. Après leur élimination par Cluj l'an dernier en barrage de la plus grande compétition européenne, les Rhénans ont été contraints dans les dernières minutes du match à un nul 1-1 sur la pelouse du Steaua Bucarest, pour le compte de la 3e journée de groupes de la Ligue des champions.

22 oct. 2013, 23:06
Un nul qui obligera les Bâlois a réaliser un nouvel exploit pour continuer leur route parmi l'élite européenne.

Si les Bâlois pensaient avoir fait la différence sur une splendide frappe de Marcelo Diaz au début de la seconde période, ils ont finalement dû déchanter en encaissant l'égalisation à la 88e sur une déviation du Brésilien Leandro Tatu. Combiné à la victoire 3-0 de Chelsea à Gelsenkirchen face à Schalke, ce résultat prête à penser que les hommes de Murat Yakin devront sans doute se contenter de la 3e place synonyme d'Europa League au printemps... A moins d'une nouvelle performance de choix.

Face à une équipe dont tous les joueurs, à deux exceptions près (Kapetanos et Neagu), découvrent la Ligue des champions cette saison, l'expérience bâloise a longtemps fait la différence, mais n'a finalement pas suffi au moment de gérer les ultimes incursions roumaines.

Pression infructueuse au quart d'heure

D'abord étouffé par des Roumains devant absolument l'emporter pour garder un espoir de qualification, le FCB a souffert durant les dix premières minutes avant d'enfin sortir la tête de l'eau. Lancés en profondeur, Streller (10e) puis Salah (11e) ont tour à tour échoué face au portier Tatarusanu. Deux actions qui laissaient augurer de la suite des événements, avec une défense du Steaua trop lente et régulièrement débordée, tant au centre sur les décrochages de Streller - dont le relais avec Safari à la 30e aurait mérité mieux - que sur les ailes, où Key Voser n'a cessé de se démener, à droite puis à gauche à la sortie de Safari.

Un bijou de Diaz... hélas insuffisant

Fort peu précis dans leur jeu de passes, les hommes de Yakin ont à nouveau connu quelques sueurs froides avant le thé. La défense rhénane a d'abord fait la connaissance du meneur de jeu Nicolae Stanciu, qui manquait sa reprise de l'orée de la surface (17e), et de Cristian Tanase, qui lui causait bien des tourments en provoquant coup sur coup les avertissements de Fabian Schär et de Key Voser.

Mais devant une défense roumaine au marquage défectueux, les occasions se sont multipliées du côté bâlois. Tatarusanu devait s'employer sur des têtes successives d'Ivanov et Frei (12e), avant d'être sauvé par sa transversale sur une frappe déviée de Stocker (40e).

Un bijou de Marcelo Diaz allait concrétiser la montée en puissance du FC Bâle dans le jeu juste après la pause (48e). Sur un ballon récupéré par le capitaine Marco Streller, déjà très actif au pressing en première période, le Chilien armait une frappe des 20 mètres qui trompait le portier roumain de manière remarquable.
Le mauvais coup de Tatu

Poussés dans leur retranchement par des Roumains - rapides bien que brouillons -, les Rhénans retardaient ainsi longtemps l'échéance, puisque Latovlevici (59e), Tatu (74e) et Bourceanu (82e) manquaient chacun le cadre en excellente position. L'égalisation allait toutefois tomber à la 88e minute, lorsque Tatu devançait le Bulgare Ivanov, pourtant impeccable jusque-là.

Largement atténué par la défaite contre Schalke, l'exploit de Stamford Bridge se voit désormais reléguer au second plan au moment d'envisager la deuxième partie de la phase de groupes. Pour espérer se qualifier, les Rhénans devront d'abord remporter la «revanche» qui aura lieu le 6 novembre au Parc Saint-Jacques, avant de réaliser au minimum un nouvel exploit face à Chelsea ou à Gelsenkirchen. Relégués à deux points de ces adversaires, les Rhénans peuvent quitter Bucarest avec des regrets légitimes.