Nyon encaisse "une défaite constructive" face à Crissier

Les hommes de Philippe Morin s'inclinent (22-24) après avoir largement dominé le début de match. Frustrant mais instructif.

16 oct. 2013, 07:01
data_art_7452736.jpg

Choc de haut de classement vendredi soir dans le match qui voyait s'opposer le HBC Nyon (2 e ) et Crissier (4 e ). Malgré un départ en fanfare, les pensionnaires du Rocher ont vu leur adversaire revenir au score avant de passer l'épaule irrémédiablement (22-24). Frustrant, mais instructif pour le mentor nyonnais qui " sait ce qu'il va devoir encore apprendre à ces joueurs. ".

Pourtant, Nyon dominait outrageusement le début du match jusqu'à mener 5-0 après un peu plus de sept minutes. Crissier s'était alors offert le luxe de rater ses cinq premières attaques et un penalty avant d'enfin ouvrir son compteur après une grosse quinzaine de minutes. " On a affronté une belle équipe de Crissier que l'on a réussi à surprendre en début de rencontre , lâchait Philippe Morin. Le problème, c'est qu'on ne sait pas enfoncer le clou et qu'on joue les idoles. Le jour où on saura mettre un +10, on pourra se permettre de se relâcher un peu. "

 

"On a baissé les bras"

 

Cherchant la passe compliquée ou la différence individuelle, les pensionnaires du Rocher oubliaient ce qui leur a permis de faire un bon départ et s'embrouillaient tout seuls, permettant ainsi à Crissier, qui n'a jamais lâché prise et continuait de s'invectiver, de revenir. " On a perdu le match , avouait encore Philippe Morin, ils ne l'ont pas gagné. Ils jouaient avec leurs tripes et cela se voyait. On a baissé les bras et réagit beaucoup trop tard ."

Car si la fin de la première période était totalement à l'avantage du visiteur, la deuxième partie de match se retrouvait être beaucoup plus équilibrée, notamment avec l'entrée dans les buts d'Alain Dupont qui a dégoûté tour à tour les attaquants nyonnais. Cumulé à un passage à vide défensif, cela ne pardonne pas. " On n'a pas su prendre leurs éléments marquants , analysait encore le mentor du Rocher. On ne sait pas encore porter la défense sur le bon joueur. Leur gardien a fait un grand match pendant que l'on prenait un peu l'eau défensivement. Un grand bravo à cette équipe de Crissier. "

Une belle parole de fin qui n'ôte certainement pas les regrets de l'esprit du coach nyonnais. Il y avait de la place pour battre Crissier qui n'était de loin pas un roc infranchissable. L'adversaire a su monter en puissance et laisser passer l'orage avant de dérouler son jeu tout en vitesse et en percussion. FABIEN DARVEY