Face à l'ogre Sion, Star Forward est prêt à ressortir de sa finale sans regrets

Sion s’érige en ogre, mais Star Forward n’a pas peur de gravir les montagnes. Acte I de la finale ce jeudi soir (20h à Sion).
08 mars 2017, 14:11
Star Forward, deuxième de la saison régulière, affronte le leader Sion en finale.

L’envie et le plaisir. Ces deux mots, plus que jamais et sans forfanterie, résument l’ADN de Star Forward. Ils transpirent des paroles du coach, Laurent Perroton. Ils émanent de la glace, surface froide couverte d’émotions chaudes, là où les «Bulldogs», un groupe jeune et affamé, le cœur battant, déversent toutes leurs forces et leur énergie lors des derniers hectomètres d’une saison intensément riche. «Mardi, l’entraînement était de qualité, j’ai vu des gars patiner très fort, être très concentrés! Certes, ce sont des gamins, il faut parfois les reprendre, répéter inlassablement les même choses, mais l’envie et le travail effacent tout! Je prends beaucoup de plaisir!»

L’envie et le plaisir, au-delà du travail. Laurent Perroton ne les boudent pas; de ces deux principes, lui et son équipe en ont fait des alliés. Jeudi, Star Forward entrera de plain-pied, avec un cœur gros comme ça, dans la finale du groupe Ouest de 1re ligue. Ce sera face à une montagne valaisanne. «Sion, c’est l’ogre du championnat, on le sait», lâche l’entraîneur des Vaudois.

"Nous sommes prêtes au combat"

Avant l’acte I, le coach sort quelques chiffres pour résumer l’effectif sédunois – vertigineux: «Sion, c’est 1500 matches de LNB, 450 parties de LNA, 77 matches internationaux, 27 de moyenne d’âge.» Et plusieurs titres de champion romand. Laurent Perroton n’est pas en reste, lui qu disputera sa… huitième finale de 1re ligue: deux gagnées avec Star, une avec Red Ice et, notamment, deux perdues avec Forward Morges (contre Guin en 2013 et Sion en 2015), avant, donc, la première avec Star Forward.

«Il ne faut pas tout ramener au palmarès, dit Laurent Perroton. Je retiens l’histoire de ce groupe, qui a travaillé pour cette finale, qui s’est construit. nous n’aurons aucune pression et un objectif commun. Nous sommes l’équipe qui a le plus progressé cette saison, qui a le plus travaillé. Nous sortons de deux grosses séries (ndlr: contre Franches-Montagnes et Guin). Nous sommes prêts au combat, prêts à mettre de l’intensité, prêts à instaurer un défi physique. Je sais que nous ressortirons de cette finale sans regrets!»

par Florian Sägesser