JO 2014: Podladtchikov veut faire une pause et aller à l'Université

Iouri Podladtchikov a sacrifié quatre années de sa vie pour conquérir l'or olympique. A 27 ans, il veut maintenant faire une pause dans sa carrière de snowboarder. Il s'est inscrit à l'Université où il veut étudier l'histoire de l'art et la photo.

12 févr. 2014, 18:38
Olympic winner Iouri Podladtchikov of Switzerland celebrates with his mother Valentina during the flowers ceremony after the final run of the men's snowboard halfpipe competition at the XXII Winter Olympics 2014 Sochi in Krasnaya Polyana, Russia, on Tuesday, February 11, 2014. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Auréolé de son titre olympique en half-pipe, Iouri Podladtchikov va prendre un peu de recul par rapport à son sport et savourer, se changer les idées. Le Zurichois de 27 ans a annoncé vouloir faire "une petite pause" pour exercer également ses talents dans d'autres domaines, en suivant des études notamment.

"Tout ce que j'ai accompli jusqu'à présent dans ma vie s'est inscrit dans un plan à long terme", a déclaré le nouveau champion olympique au lendemain de sa victoire à Sotchi. "Après Vancouver, je me suis consacré à fond pendant quatre ans à cette tâche (se préparer pour Sotchi, ndlr). J'avais gravé ces Jeux au plus profond de moi. Aujourd'hui, je me suis trouvé un nouveau but. Je me suis inscrit à l'Université, où j'envisage d'étudier l'histoire de l'art et la photographie dès le mois d'août. Cela pourrait faire partie de mes nouvelles activités. Retourner sur les bancs d'école, faire travailler ma tête, tout cela m'intéresse."

Légende de la discipline, l'Américain Shaun White (4e seulement jeudi, lui qui avait outrageusement dominé son sport pendant sept ans) a également annoncé vouloir faire un break. "Je vais retrouver mon groupe de musique avant de me remettre au snow. C'est ce que j'aime faire. Cette soirée ne va pas briser ma carrière", a déclaré le snowboarder de la décennie, qui a sans doute perdu une partie de son aura, au bénéfice de Podladtchikov.

Le Zurichois a simplement été parfait mercredi, et on peut compter sur lui pour faire fructifier son succès. Le saut qui l'a fait gagner, le "Yolo Flip" (abréviation pour "You only live once"), lui vaut aujourd'hui la célébrité parmi toute la communauté des freestylers, voire plus, au-delà des frontières nationales. "I-Pod" a expliqué qu'il avait à l'époque conçu ce saut périlleux - le plus exigeant qui soit actuellement dans la discipline - "pour impressionner une femme", alors qu'il s'entraînait à Davos.

"Je voulais présenter quelque chose de cool et de délirant. C'est ça, l'histoire de ce saut. A l'époque, il n'était pas très réaliste de vouloir maîtriser une telle figure. Mais un an plus tard, quand la femme n'était plus là, j'y suis parvenu, dans un run, à l'entraînement. Ce n'était plus alors qu'une question de temps jusqu'à ce que je le présente en compétition (ce qui fut fait une première fois à Tignes il y a un an, aux X-Games Europe)."

Euphorique, au septième ciel, Podladtchikov a jeté son casque et ses lunettes dans le public pour fêter sa réussite, à Sotchi comme à Tignes. Avant de recevoir l'hommage de Shaun White. "Je crois que je n'avais jamais participé auparavant à une épreuve qu'il n'ait pas gagné", a relevé le natif de Moscou. La planète "snow" s'est enrichie, par la grâce d'I-Pod!