JO 2022: après Tokyo, Pékin face au défi des Jeux du Covid

Première ville à accueillir des Jeux olympiques d’hiver et d’été, Pékin recevra les athlètes dans six mois. Les spécialistes s’attendent à «une approche draconienne et une tolérance zéro de la part des organisateurs chinois» face aux risques sanitaires.
09 août 2021, 09:50
L'esprit olympique soufflera bientôt sur la Chine.

Dans six mois, déjà de nouveaux JO: ceux de Tokyo à peine terminés, les JO d’hiver de Pékin pointent à l’horizon (4-20 février 2022).

Si les sites sont prêts, nombre d’incertitudes planent sur son organisation en pleine pandémie.

Déjà hôte des JO 2008, la capitale chinoise deviendra la première ville à accueillir des Jeux olympiques d’hiver et d’été.

La construction de l’ensemble des sites de compétition est terminée depuis plusieurs mois, mais reste un grain de sable dans cette organisation bien huilée: le Covid.

Quarantaine?

A Tokyo, les sportifs ont été cantonnés dans le Village olympique et ont dû passer un test Covid quotidien. «Il n’y a pas vraiment d’autre option que cette bulle», abonde Mark Dreyer, analyste sportif basé à Pékin et fondateur du site China Sports Insider.

La Chine gère le Covid avec un niveau de sévérité que le Japon n’avait pas.
Mark Dreyer, analyste sportif basé à Pékin

«La différence, c’est que la Chine s’inquiète du moindre risque de transmission du virus des sportifs vers la population. Elle gère le Covid avec un niveau de sévérité que le Japon n’avait pas.»

«Je pense qu’on peut s’attendre à une approche draconienne et une tolérance zéro de la part des organisateurs chinois», prédit Simon Chadwick, professeur spécialiste du sport en Asie à l’école de commerce EM Lyon.

Selon lui, les discussions entre un Pékin intraitable sur les mesures anti-Covid et un CIO soucieux du confort des sportifs seront «bien plus difficiles» que pour Tokyo.