Le ministre russe des Sports rejette le scandale de dopage et demande la dissolution de l'IAAF

La ministre russe des Sports Vitali Moutko n'accepte pas les accusations de dopage de la part de l'IAAF, qui a suspendu de nombreux athlètes russes vendredi.
19 juin 2016, 21:58
/ Màj. le 19 juin 2016 à 22:02
Le président de l'IAAF Sebastian Coe est vivement critiqué par les Russes, qui refusent les accusations de dopage.

L'IAAF devrait "être dissoute" et a injustement rejeté toute la responsabilité du scandale de dopage sur la Russie, a jugé le ministre russe des Sports Vitali Moutko. "En fait, en rejetant toute la responsabilité sur la Fédération russe d'athlétisme, ils se sont eux-mêmes défaussés de toute responsabilité", a déclaré M. Moutko à l'agence R-Sport.

"C'est elle (l'IAAF) qu'il faut totalement dissoudre, si son président fait l'objet d'une enquête criminelle. Il est accusé d'avoir reçu des pots-de-vin et d'avoir dissimulé des échantillons d'athlètes", a-t-il ajouté, en faisant référence à un documentaire de la BBC jeudi dans lequel la télévision britannique accuse Sebastian Coe d'avoir été élu grâce à des voix drainées par Papa Massata Diack, le fils de Lamine Diack son prédécesseur à ce poste, sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour son rôle dans le scandale du dopage en Russie.

La BBC a également accusé le double champion olympique du 1500 m d'avoir menti sur la date à laquelle il aurait eu connaissance du scandale de dopage en Russie. L'IAAF a maintenu vendredi la suspension des athlètes russes de toute compétition sportive, les privant de facto des Jeux olympiques de Rio. Cette décision a reçu samedi le soutien du CIO. Vitali Moutko avait alors estimé que les athlètes russes n'avaient plus "aucune chance" de participer aux Jeux en août.

L'ancien président de l'Agence mondiale antidopage (AMA), Dick Pound, a pour sa part jugé qu'il n'était "pas impossible" d'arriver à une exclusion totale de l'équipe de Russie des JO. La suspension des athlètes russes avait initialement été décidée en novembre, après un rapport cinglant d'une commission d'enquête indépendante de l'AMA dénonçant un système de dopage et de corruption institutionnalisé en Russie.