Patinage artistique: Stéphane Walker à nouveau champion de Suisse

Le Valaisan Stéphane Walker a remporté son troisième titre de champion de Suisse samedi à Lausanne. Il a refait le retard qu'il avait cumulé sur son grand concurrent: le Jurassien-Bernois Nicola Todeschini.

12 déc. 2015, 19:32
Stephane Walker, a survolé le classement, dans la dernière journée des championnats suisses.

Désormais établi à Milan, le patineur de 25 ans a fait preuve d'une plus grande aisance devant les juges, là où Todeschini a été rattrapé par des problèmes de technique. Meilleur sur le plan des composants artistiques, Walker a fait mieux que Todeschini sur le plan technique. Malgré un triple axel plus qu'hésitant, le Sédunois a assuré le reste, hormis son triple flip. Nicola Todeschini a misé sur son triple lutz placé à trois reprises, sans doute en raison d'un premier triple transformé en double. Mais avec un triple rittberger mal fagoté et un double salchow en lieu et place d'un triple, le Jurassien bernois n'avait aucune chance de dominer Walker. La troisième place est revenue à Nicolas Dubois, deuxième sur le libre.

Chez les dames, la victoire est revenue à Tanja Odermatt, 18 ans. Troisième du court, elle a réussi le long le plus propre des engagées. La Zurichoise a fait la différence sur la plan technique en enchaînant notamment une combinaison triple toeloop-double toeloop-double rittberger. Son total de 52,91 pts en technique lui a permis de creuser l'écart sur sa dauphine Shaline Rüegger. Le podium est complété par Yasmine Yamada, première du court mais seulement troisième du libre.

Le constat qui s'impose au terme de ces championnats de Suisse, c'est que le niveau n'augmente pas et que l'écart avec les patineurs étrangers se veut de plus en plus important. Les retraits de Stéphane Lambiel, de Sarah Meier et dans une moindre mesure de Jamal Othman ont laissé de très grands vides au sein du patinage helvétique que la génération actuelle ne pourra combler.

Les championnats de Suisse juniors et cadets permettront de se faire une meilleure idée du futur du patinage artistique dans notre pays. Un talent peut éclore, mais il lui faudra ensuite s'affermir sur le plan mental. Il existe en Suisse des entraîneurs capables de préparer les jeunes sur le plan technique pour se rendre dans des compétitions internationales. Il est en revanche beaucoup plus ardu d'en faire des rocs sur le plan mental. Et lorsqu'il s'agit de se produire devant les juges, c'est bien 50% du travail qui s'effectue dans la tête.