Blardone s'impose à Crans-Montana, Défago 5e

Impérial, Massimiliano Blardone remporte le géant de Crans Montana devant Marcel Hirscher, qui réalise une bonne opération. Didier Défago termine cinquième.
05 août 2015, 15:46
134925585

Auteur d'une deuxième manche très propre, Massimiliano Blardone a remporté le géant de Crans Montana. L'Italien devance le vainqueur de la première manche, l'Autrichien Marcel Hirscher. Ce dernier réalise la bonne opération du jour en engrangeant 80 points. Il est désormais en très bonne posture en tête du classement général de la Coupe du monde. Beat Feuz, qui espérait grignoter quelques points dans la lutte au Globe de cristal du général, n'a pas réussi à se qualifier pour la deuxième manche, pour quelques centièmes. 

Un autre Autrichien est monté sur le podium dimanche. Il s'agit de Hannes Reichelt, qui a réalisé une très bonne prestation sur le deuxième tracé. Le quatrième rang est revenu à Jean-Baptiste Grange. Le Français a signé le meilleur temps de la deuxième manche.

Côté suisse, Didier Défago a signé une performance de chox. Le Valaisan termine à la cinquième place à 0''99 du vainqueur grâce deux manches de qualité. Parti avec les dossard 26, il était déjà 14e du premier parcours. Didier Cuche huitième lors de la première manche, prend lui le 15e rang juste devant Marc Berthod. Dépassé, Carlo Janka se classe au 26e rang.

Retrouvez plus de détails sur les courses de Crans-Montana dans les journaux (La Côte, Le Nouvelliste et L'Express/L'Impartial) de demain.

Crans-Montana. Coupe du monde. Géant messiers.

Classement final:
1. Massimiliano Blardone (It) 2'33''77.
2. Marcel Hirscher (Aut) à 0''16.
3. Hannes Reichelt (Aut) à 0''82.
4. Jean-Baptiste Grange (Fr) à 0''96.
5. Didier Défago (S) à 0''99.
6. Philipp Schörghofer (Aut) à 1''03.
7. Marcel Mathis (Aut) à 1''09.
8. Fritz Dopfer (All) à 1''20.
9. Ted Ligety (EU) à 1''29.
10. Marcus Sandell (Fin) à 1''35.

Puis:
15. Didier Cuche (S) à 1''52.
16. Marc Berthod (S) à 1''54.
26. Carlo Janka (S) à 2''62.

 

Réactions:

Massimiliano Blardone (1er): "C'est une très belle victoire car les conditions étaient difficiles aujourd'hui. La neige était molle. J'étais très proche de sortir en deuxième manche. Je suis quelque peu chancer. J'espère continuer comme cela. Le public en Suisse est très sympathique avec moi. Je me sens comme la maison. J'étais déjà venu en Coupe d'Europe pour une descente et un super-G ici."

Marcel Hirscher (2e): "C'est un week-end parfait pour moi. J'ai gagné beaucoup de points en vue du classement général de la Coupe du monde. C'était très difficile de skier aujourd'hui. La neige était chaude et molle. C'est particulièrement difficile en géant. Je pense que Beat Feuz va assurer le week-end prochain à Kvitfjell. Il va saisir sa chance. Blardone? C'est un super type, et un des skieurs les plus agressifs que je connais."

Hannes Reichelt (3e): "En ce moment, ça se passe bien en géant. Je ne suis pourtant pas spécialisé. Je dois trouver du temps pour m'entraîner dans la discipline. Ici, je connaissait déjà la piste après avoir disputé le super-G. Cela m'a aidé."

Jean-Baptiste Grange (4e): "Les conditions n'étaient pas idéales en première manche. Mais j'ai su prendre ma chance sur le deuxième parcours. J'ai tenté des choses et me suis fait plaisir. J'ai une saison difficile car j'ai mal au dos. Mais cela va mieux en géant car j'ai moins mal. Je suis très content de la manière dont j'ai skié aujourd'hui."

Didier Défago (5e): "Ce week-end a été très bon pour moi, si on excepte mon erreur d'hier en super-G. Je suis très content car je suis constant en géant. J'ai skié deux bonnes manches. Désormais, il faut que j'arrive à transposer mes sensations en vitesse. Il y a quelque chose à faire à Kvitfjell le week-end prochain."

Didier Cuche (15e): "Cela aurait été bien de faire un Top 10 aujourd'hui mais je n'ai pas l'impression d'avoir fait une mauvaise deuxième manche. Voilà, c'est fini pour les courses en Suisse. On va maintenant relâcher la pression jusqu'à la fin de la saison. Je me sens  toujours bien à Kvitfjell mais je n'ai pas gagné d'avance. Quant à l'ambiance du week-end, je ne trouve pas les mots pour la décrire. Les gens scandent partout mon nom. Il va falloir continuer à le faire, mais pour l'autre Didier (ndlr: Défago).