Réservé aux abonnés

A l'heure de la grande transhumance

De nombreux vacanciers préfèrent la voiture à l'avion, prêts à avaler des centaines de kilomètres. Parmi eux, ils sont beaucoup issus des diverses diasporas établies en Suisse.
25 août 2015, 16:11
data_art_9296045.jpg

La grande transhumance a donc débuté. Celle qui conduit les vacanciers à préférer la voiture à l'avion. A accepter d'avaler des centaines de kilomètres sur le bitume brûlant. Parmi eux, nombre sont issus des diverses diasporas établies en Suisse. Il y a un instinct migrateur en eux, qui les pousse à rejoindre leur pays d'origine ou celui de leurs parents pour retrouver leurs proches, le temps d'un été. Metush Kastrati et Jan Musco sont de ceux-là. A quelques jours de partir vers le Kosovo ou l'Italie, les deux hommes racontent pourquoi ce voyage est si important, comment ils le préparent. Et d...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois