À la suite des fusions, le nombre de communes continue de baisser en Suisse

En raison des fusions qui se multiplient, le nombre de commune ne cesse de baisser en Suisse. Il en restera 2222 au 1er janvier 2018, soit 33 de moins qu'au début de l'année 2017.

13 déc. 2017, 16:47
Au Tessin, Bellinzone s'est agrandie en fusionnant avec douze communes voisines en avril dernier.

Le nombre de communes continue de baisser en Suisse. Au 1er janvier 2018, il en restera encore 2222, à la suite de fusions dont la tendance s'est accélérée ces derniers temps.

Rien que ces dix dernières années, près de 500 communes ont disparu de la carte. Le seuil des 3000 communes avait été franchi en 1995. En 1860, la Suisse en comptait encore plus de 3200, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Début 2018, la Suisse comptera 33 communes de moins qu'au début de cette année. Un an plus tôt, la baisse avait été de 39, rappelle l'OFS mardi.

Tessin champion de la fusion

Le Tessin reste le champion de la fusion, tant par le nombre de communes concernées que par leur taille. Ainsi, ce n'est rien de moins que la capitale cantonale, Bellinzone, qui s'est agrandie en fusionnant avec douze communes voisines en avril dernier. Plus au Nord, quatre communes se regroupent pour devenir Riviera.

En Suisse romande, Neuchâtel compte une fusion de six communes qui devienne La Grande-Béroche. Dans le Jura - comme à Zurich - l'OFS a dénombré deux fusions de deux communes chacune, devenues Val Terbi et Haute-Ajoie.

Les cantons des Grisons, avec sept communes qui ont fusionné en trois nouvelles entités, de Berne, avec deux nouvelles communes issues de six autres au total, et d'Argovie - une fusion de deux communes - complètent le tableau.