Avalanche des Crosets: un rescapé raconte sa frayeur

Dimanche, un père de famille de Boudry a été emporté par une coulée... parvenant à sauver son fils in extrémis.
05 août 2015, 15:47
134936045

Dimanche, 12h50. Une avalanche de 100 m de long et de 50 m de large traverse une route qui sert de piste de ski aux Crosets.

Une famille de Boudry (NE) s’était arrêtée dans ce secteur. Le père, Yves Galley, et son fils de 6 ans sont emportés. Ils s’en sortent sans mal, mais non sans peur.

Un bruit sourd

«Nous étions arrêtés. On a entendu un bruit derrière nous. J’ai tout de suite reconnu qu’il s’agissait d’une avalanche», raconte celui que l’on peut présenté comme le rescapé.

Yves Galley a déjà connu une telle mésaventure, il y a une vingtaine d’années, alors qu’il faisait de la randonnée. Dimanche, par contre, il n’avait pris aucun risque. Il n’en a pas moins dû faire face à la colère de la nature et avoir les bons réflexes.

«J’ai crié à ma femme de partir. J’ai juste réussi à prendre mon fils de 6 ans quelques secondes avant que la coulée n’arrive sur nous.  Heureusement, parce qu’il mesure seulement 1,20 mètre pour 25 kilos... J’ai été «emporté» sur plusieurs dizaines de mètres. En fait, je me suis pratiquement retrouvé assis sur la coulée. Heureusement, c’était de la neige très dure, très lourde, elle avançait lentement. Je me suis concentré pour ne pas laisser mes skis se faire prendre. Ma femme a réussi quant à elle à pousser notre autre fils de 9 ans et s’est fait happer son bâton de ski dans l’histoire.»

Pour la famille neuchâteloise, tout se termine bien. Pendant un temps, les personnes présentes pensent que d’autres skieurs ont été pris sous la coulée.  Des recherches ont été engagées, avec des guides, des conducteurs de chiens, des médecins, la sécurité des pistes. Trois hélicoptères sont également intervenus. Mais, heureusement, personne n’a été enseveli.

Question sécurité

Malgré cet incident, Yves Galley ne souhaite pas lancer la pierre aux responsables de la sécurité… étant lui-même expert en sécurité en entreprise. Il ne déposera pas plainte. «Je sais que la sécurité n’est pas une science exacte et que le risque zéro n’existe pas. Après coup, lorsque l’accident est arrivé, c’est facile de dire qu’il aurait fallu faire de telle façon…»

Sans vouloir polémiquer, il constate tout de même, dans le but d’attirer l’attention des responsables locaux, que «le fameux chemin préparé pour stopper une éventuelle coulée faisait partie intégrante de la piste balisée. Pire encore, ce plat invitait à une pause avant de continuer vers la station! On aurait presque pu la prendre pour une place de pique-nique.»

Il reviendra

La famille Galley, en vacances toute cette semaine à Champoussin, ne va pas arrêter de skier pour autant. «Le jour même de la coulée, les enfants étaient assez perturbés. Nous avons été aux bains de Val d’Illiez. Mais maintenant, nous allons profiter du soleil et continuer de skier, tout en gardant un œil sur les pentes alentours... Cela fait deux ans que nous venons skier ici et on continuera de le faire. »