Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Avenir Suisse propose 44 idées pour ne pas se croiser les bras

Le laboratoire d'idées des entreprises Avenir Suisse lance une quarantaine d'idées pour que le pays restent un espace vital enviable et une place économique forte.

16 janv. 2013, 13:13
A flag thrower performs in front of the parliament building during the Familienfest on the Bundesplatz square, an election event of the rightist Swiss people's party (SVP), in Bern, Switzerland, Saturday, September 10, 2011. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Supprimer l'âge légal de la retraite, privatiser les infrastructures de transports ou transformer l'obligation de servir dans l'armée en un service obligatoire pour la communauté: ces idées font partie des 44 pistes de réflexion qu'Avenir Suisse propose dans un livre sur les défis qui attendent le pays.

Avec sa nouvelle publication intitulée "Idées pour la Suisse - 44 chances d'avenir", le laboratoire d'idées des grandes entreprises helvétiques entend "lancer le débat". Son but: "assurer la position privilégiée de la Suisse en tant qu'espace vital et place économique forte", indique Avenir Suisse mercredi.
 
Pour ce faire, les Suisses ne doivent pas s'endormir sur leurs lauriers et se contenter des "travaux de maintenance les plus nécessaires". Ils doivent débattre d'idées innovantes transformant leurs institutions. Avenir Suisse a réparti les siennes selon douze domaines politiques.
 
Fusions de cantons
 
Parmi elles, le laboratoire propose que le nombre de signatures nécessaires à l'aboutissement d'une initiative ou d'un référendum soit relevé à moyen terme. Il souhaite aussi que le peuple arbitre en votation fédérale les désaccords entre le Conseil national et le Conseil des Etats. La Constitution fédérale doit par ailleurs faciliter les fusions entre cantons.
 
Avenir Suisse imagine à long terme l'introduction d'une obligation générale de servir la communauté à la place du service militaire obligatoire. Le "think tank" propose en outre une redevance volontaire pour l'emploi d'étrangers par les entreprises afin de soutenir la main d'oeuvre suisse.
 
Dans le domaine fiscal, il envisage à moyen terme une TVA à taux unique et, à long terme, le remplacement de l'impôt fédéral direct par un impôt progressif sur la consommation. Concernant la formation, Avenir Suisse suggère à moyen terme de miser davantage sur l'enseignement de culture générale et de réduire celui dévolu à la spécialisation.
 
Santé: patients à la caisse
 
Dans les assurances sociales, l'instauration d'un frein à l'endettement et la suppression d'un âge légal de la retraite sont évoquées à moyen terme. Dans les mêmes délais, il faudrait supprimer l'obligation pour les caisses maladie de contracter. A plus long terme, il s'agirait d'augmenter la participation privée aux coûts de l'assurance maladie de base.
 
Egalement à longue échéance, Avenir Suisse propose de privatiser les infrastructures des transports. Le laboratoire voit un avenir semblable pour le réseau électrique.
Votre publicité ici avec IMPACT_medias