Berne: un braconnier condamné à 10 000 francs d’amende pour avoir abattu un aigle royal

L’homme de 73 ans avait pour habitude de tirer sur des oiseaux protégés. Il vient d’être condamné.

05 août 2020, 16:33
L'aigle royal fait partie des espèces dites vulnérables.

C’est un simple émetteur GPS qui a permis de mettre en lumière cette sombre histoire de braconnage, comme le révèle le quotidien «Berner Zeitung». En 2019, la station ornithologique de Sempach basée dans le canton de Lucerne mène un programme de surveillance sur plusieurs oiseaux à l’aide de capteurs de géolocalisation.

Un jour, un employé de la station constate qu’un milan royal n’a plus aucune activité et qu’il se trouve dans la région du Gantrisch, dans le canton de Berne. L’homme décide alors d’aller récupérer l’oiseau.

Macabre découverte

Sur place, l’employé découvre une maisonnette appartenant à un gardien de moutons de 73 ans. Tout autour s’étend un véritable cimetière d’animaux. Des plumes et des ailes entières jonchent le sol, des cadavres d’oiseaux semblent dépasser d’un tas de compost.

Deux milans royaux, des corbeaux, une buse ainsi qu’un aigle royal ont été tués à cet endroit. Plus loin, une carcasse de mouton sans pattes, ni tête pourrit dans la prairie.

A lire aussi : Environnement: le braconnage favorise les nouvelles maladies se propageant de l’animal à l’homme

Appelée sur les lieux, la police saisit des médicaments vétérinaires mal conservés. Elle trouve également plusieurs armes à feux de petit calibre partiellement chargées et un silencieux dans la maison et près de la voiture du suspect. 

10 000 francs à payer

Autour de sa maison, le gardien de moutons avait installé des nids à oiseaux et n’hésitait pas à se débarrasser des rapaces qu’il estimait menaçants pour les volatiles qu’il nourrissait. Au tribunal, les juges ont retenu la préméditation car l’homme attirait les rapaces avec des carcasses de viande avant de les abattre.

Lors de l’audience, il est aussi ressorti que le braconnier septuagénaire prenait ses aises avec la loi. En plus de tirer sur des oiseaux protégés, il lui arrivait de tuer un blaireau sans en avertir le garde-chasse ou de brûler des feuilles en forêt sans autorisation.

Mardi, le tribunal régional de Berne-Mittelland a finalement condamné l’homme à 180 jours-amendes avec sursis et à une amende. La liste des griefs à son encontre était longue, malgré quelques acquittements. L’infraction la plus importante retenue est celle de l’abattage de l’aigle. Le braconnier devra verser au canton de Berne une compensation de 10 000 francs.