CFF: l’obligation de réservation pour les vélos fâche les cyclistes

Les CFF ont introduit l’obligation de réservation pour les vélos dans les trains Intercity. Une décision qui fâche les cyclistes, qui craignent une perte de flexibilité.
22 déc. 2020, 11:59
A partir du printemps 2021, il sera obligatoire de réserver une place pour son vélo sur toutes les lignes longue distance. (illustration)

L’introduction par les CFF de l’obligation de réservation pour pouvoir embarquer son vélo dans les trains Intercity suscite l’incompréhension, indique l’Association transports et environnement (ATE). Les cyclistes s’inquiètent d’une perte de flexibilité, selon un sondage organisé par l’association.

A partir du printemps 2021, il sera obligatoire de réserver une place pour son vélo sur toutes les lignes longue distance. Une mesure qui ne satisfait pas les cyclistes, indique l’association par communiqué de presse mardi.

Plus de 4500 personnes ont été sondées. Parmi elles, 63% se sont prononcées contre cette nouvelle mesure, notamment à cause de la perte de flexibilité qu’elle engendre. Près de 30% indiquent cependant pouvoir s’en accommoder à condition qu’elle soit provisoire et garantisse effectivement une place libre pour leur vélo.

 

 

Ce qui n’est souvent pas le cas, relève l’association, en raison du trop grand nombre de vélos transportés dans le train ou l’occupation des places dédiées aux deux-roues par des bagages ou des poussettes. L’ATE demande aux CFF de prendre leurs responsabilités et offrir davantage de places dédiées à la petite reine.

Appel à inclure les cyclistes dans les décisions

L’ATE estime également qu’une obligation de réservation généralisée ne doit servir que de manière de transitoire. Cela afin de résoudre les problèmes de capacités qui s’annoncent l’été prochain avec le développement du cyclotourisme.

La tendance à la mobilité cycliste s’affirme toujours plus, souligne l’ATE. Si la réponse face à cet engouement n’est pas satisfaisante, les déplacements à vélo risquent de se reporter sur le trafic individuel motorisé, prévient l’association. Et d’appeler à une meilleure intégration des cyclistes dans les futures prises de décision des CFF.