Circulation: les routes ont fait moins de 200 victimes en 2019, une première depuis 1940

Pour la première fois depuis 1940, le nombre annuel de victimes de la route est inférieur à 200. En 2019, 187 personnes ont perdu la vie dans un accident de la circulation, alors que 3639 ont été grièvement blessées, selon les statistiques établies par l’Office fédéral des routes.

19 mars 2020, 20:36
Ces chiffres confirment une tendance à la baisse observée depuis de nombreuses années. (illustration)

Le nombre de personnes tuées lors d’accidents de la circulation en Suisse a passé sous la barre des 200 en 2019. C’est une première depuis 1940. Au total, 187 personnes ont perdu la vie et 3639 ont été grièvement blessées.

Ces chiffres confirment une tendance à la baisse observée depuis de nombreuses années. En 2018, 233 personnes avaient trouvé la mort dans un accident de la route et 3873 avaient été grièvement blessées, indique jeudi l’Office fédéral des routes (OFROU) dans un communiqué. Sur cinq ans, c’est 16%, respectivement 3%, de moins.

Grâce à diverses mesures concernant les usagers, les véhicules, les données et les infrastructures, la Suisse fait aujourd’hui partie des meilleurs élèves au niveau international en matière de sécurité routière, se félicite l’OFROU.

E-vélos mauvais conducteurs

Dans le détail, 65 occupants de voiture, 30 motocyclistes et 37 piétons ont perdu la vie en 2019. Le nombre de blessés pour ces catégories s’élève à respectivement 706, 990 et 524. Si tous ces chiffres baissent par rapport à l’année précédente, l’OFROU note toutefois que le nombre de personnes fauchées mortellement sur des passages piétons a augmenté de 10 à 15.

Les cyclistes ont aussi été moins nombreux à décéder sur les routes, leur nombre diminuant de 27 à 16. Le recul le plus net s’observe à l’intérieur des localités où seules 9 personnes ont perdu la vie contre 19 en 2018. Le nombre de blessés graves s’établit quant à lui à 802.

Du chemin reste encore à faire du côté des vélos électriques. Le nombre de victimes d’accidents graves dans cette catégorie a connu une nouvelle augmentation. Quelque 355 personnes ont été grièvement blessées contre 308 un an plus tôt. Le nombre de décès varie quant à lui peu à 11 personnes (12 en 2018).

Dans près de trois quarts des cas, le conducteur de vélos électriques était le responsable principal de l’accident. Et la plupart des accidents étaient dus à un dérapage ou une perte de maîtrise du véhicule. A noter que les blessés graves ont augmenté chez les conducteurs de vélos électriques lents, alors qu’ils ont diminué chez les conducteurs de vélos rapides.

Aucun décès n’est par ailleurs à déplorer parmi les utilisateurs d’engins assimilés à des véhicules, comme des tricycles, rollers ou trottinettes, contre 5 en 2018. Les blessés graves sont eux restés plutôt stables à 39. Les enfants de 2 à 13 ans représentent la classe d’âge la plus touchée par ce type d’accident.

Vitesse mortelle

Pour les accidents mortels, la cause principale est la vitesse (30), devant l’alcool (21) et l’inattention (18). S’agissant des blessés graves, c’est l’inattention/distraction qui arrive en tête (469), devant la vitesse (409) et l’alcool (387).