Coronavirus: les jeunes ne sont pas à l’abri des formes aiguës de la maladie

Bien que les chiffres montrent un taux de mortalité nettement supérieur chez les personnes âgées, les jeunes ne sont pas à l’abri des formes aiguës du coronavirus, selon les autorités sanitaires françaises.

13 mars 2020, 12:39
Les jeunes peuvent eux aussi développer des formes aiguës de la maladie. (illustration)

Le coronavirus, une maladie dangereuse seulement pour les personnes âgées? Pas forcément. Bien que les chiffres montrent un taux de mortalité nettement supérieur chez les plus de 65 ans, les jeunes ne sont pas à l’abri des formes aiguës du virus, si l’on en croit les propos des autorités sanitaires françaises.

Selon le site Europe 1, en France, on s’aperçoit après plusieurs semaines d’épidémie que les plus jeunes peuvent aussi développer des formes gravissimes de la maladie. «Sur le terrain, on a déjà cette impression-là, quand on compare avec les chiffres chinois ou italiens, ou même avec les chiffres de la grippe, on s’aperçoit, dans les services de réanimation, à Paris comme dans l’est de la France, qu’il y a des sujets jeunes qui n’ont pas de comorbidité, c’est-à-dire qui ne présentent pas de pathologie qui feraient d’eux des patients à risque», explique à nos confrères français Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses d’un hôpital.

 

 

Il ne suffit donc pas d’avoir une pathologie et plus de 75 ans pour développer une forme grave du coronavirus. Avec l’accumulation des études, il apparaît que seulement la moitié des morts ont plus de 75 ans, contre 86% pour la grippe. L’aggravation peut se faire brutalement entre le septième et le dixième jour après l’apparition des symptômes.

«Il y aura des «surprises», les personnes âgées ne seront pas les seules concernées par les cas les plus graves, affirme le Pr Marc Van Ranst, virologue, interrogé par le quotidien La Libre Belgique. «Des patients jeunes vont aussi mourir, pour des raisons que nous ne comprenons pas forcément.»