Coronavirus: près de 11’000 demandes d’asile en Suisse en 2020, un chiffre en baisse

Le nombre de demandes d’asile en Suisse entre 2019 et 2020 a baissé de 3228 en raison notamment des contrôles aux frontières et des interdictions de voyages. Le principal pays de provenance des requérants reste l’Erythrée, suivi par l’Afghanistan, la Turquie, l’Algérie et la Syrie.

01 févr. 2021, 10:57
11'041 personnes ont demandé l’asile en Suisse en 2020.

La pandémie a entraîné une baisse de la migration liée à l’asile. L’an dernier, la Suisse a enregistré 11’041 demandes d’asile, soit 22,6 % de moins que l’année précédente.

A lire aussi : Frontières: les restrictions anti-Covid ont fait baisser la migration illégale en 2020

L’Érythrée est restée le principal pays de provenance des requérants d’asile en 2020, indique le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) dans un communiqué lundi. Les autres pays de provenance importants sont l’Afghanistan, la Turquie, l’Algérie et la Syrie. Cette année, le SEM s’attend à devoir faire face à environ 15’000 nouvelles demandes d’asile (± 1500).

L’an dernier, le SEM a traité 17’223 demandes d’asile en première instance. 5409 personnes ont obtenu l’asile, pour un taux de reconnaissance de la qualité de réfugié (octroi de l’asile) de 33,3 % (contre 31,2 % en 2019). Le taux de protection (octroi de l’asile ou admission provisoire après une décision de première instance) s’est ainsi élevé à 61,8 % (contre 59,3 % en 2019).

Moins nombreux à quitter la Suisse

Aussi lié à la pandémie, les migrants ont été moins nombreux à quitter la Suisse l’an dernier. Ainsi, 1051 personnes sont parties volontairement (contre 1631 en 2019). 1518 ont été soit rapatriées dans leur État d’origine, soit renvoyées vers un État tiers (contre 2985 en 2019) ; 715 autres ont été transférées dans un État Dublin (contre 1521 en 2019).

A lire aussi : Coronavirus: les demandes d’asile devraient à nouveau augmenter en Suisse en 2021

La Suisse s’est également engagée auprès du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à accueillir un contingent de 1600 réfugiés particulièrement vulnérables, dont la grande majorité provient de Syrie. Ce programme, aussi entravé par la pandémie, n’a finalement permis qu’à 330 personnes d’en bénéficier l’an dernier.