Réservé aux abonnés

Des clandestins suisses en France

De nombreux Helvètes vivent de l'autre côté de la frontière, sans toujours s'y déclarer. Par opportunisme et pour garder leur identité.
05 août 2015, 15:50
data_art_5807975

Les prix de l'immobilier grimpent dans l'Arc lémanique, au même rythme que le nombre d'Helvètes qui s'achètent un toit de l'autre côté de la frontière. Un toit, oui, mais souvent sans la boîte aux lettres...

"Il y a les réguliers et il y a les irréguliers" , soupire Jean-Pierre Kawczack, responsable de l'antenne thononaise du Groupement transfrontalier européen. "Difficile d'estimer le nombre de résidents qui ne se déclarent pas, mais les élus locaux considèrent que 2000 à 3000 Suisses frontaliers occupent à plein temps leur résidence secondaire dans la région de Thonon" , poursuit Jean-Pier...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois