Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des écharpes en laine d'antilope saisies dans les Grisons

22 écharpes en laine d'antilope du Tibet, une espèce protégée, ont été saisies par les autorités suisses à Coire. La valeur de chaque pièce saisie se situe entre 5000 et 20'000 francs.

04 févr. 2015, 17:40
Two Tibetan antelopes rest near the Qinghai Tibet Railway at the Kekixili uninhabited area in northwest China's Qinghai Province 23 October 2003. Construction of the 1,118-kilometer Qinghai-Tibet railway composes possible threat to the ecology on the Qinghai-Tibet plateau, especially the part with an altitude above 5,000 meters.  (KEYSTZONE/EPA/WANG LEI)

Les autorités suisses ont saisi aux Grisons 22 écharpes en laine d'antilope du Tibet, une espèce protégée. Considérées comme les plus précieuses, les plus chaudes et les plus fines au monde, ces écharpes ont été découvertes à l'aérodrome de Samedan et à Martina, en Engadine, ainsi que dans le Val Bregaglia.

La valeur de chaque pièce saisie se situe entre 5000 et 20'000 francs, selon la pureté de la laine, indiquent mercredi l'Administration fédérale des douanes et l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). Importer ce genre d'écharpes est illégal. Les fraudeurs risquent de fortes amendes.

Deux à cinq antilopes sont nécessaires pour fabriquer une seule écharpe en laine dite "shahtoosh". Comme il est impossible de domestiquer des antilopes pour les tondre, ces animaux sont abattus pour leur laine. Le coup de filet des autorités montre qu'il existe en Suisse un marché pour ces écharpes de luxe.

Le commerce international d'antilopes du Tibet et de leur laine est interdit depuis 1979. Cet animal est protégé au même titre que l'éléphant, le tigre ou le rhinocéros.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias