Du béton empilé comme des Legos, un selfie légendaire ou un entraîneur de hockey encensé… l’actu suisse vue du reste du monde

Les médias internationaux se sont intéressés à la Suisse cette semaine. On apprend notamment qu'une start-up empile du béton pour stocker de l'énergie renouvelable, que Federer a été élu sportif étranger préféré des Belges ou encore que Wohler a séduit les médias québécois durant les Mondiaux M20 de Hockey.

09 janv. 2019, 15:58
Made in Switzerland. Chaque semaine, nous parcourons les médias du monde pour voir ce que nos confrères ont retenu de l'actualité suisse.

Comme chaque semaine, on fait un petit tour d’horizon des médias étrangers pour découvrir ce qui a retenu leur attention dans l’actualité de notre pays.

 

Energy Vault en modèle de l’inventivité suisse

 

 

Empiler des blocs de béton comme on entasse des Legos pour stocker de l’énergie renouvelable. C’est le concept de la création de la start-up tessinoise Energy Vault, qui a mis à l’honneur la Suisse technologique cette semaine. Futura Planète, le portail web français de décryptage de l’actualité scientifique, la définit comme une «invention géniale», «low cost» et «très efficace», au rendement supérieur à un barrage hydroélectrique. Et le journaliste d’en conclure qu’«Energy Vault prouve en tout cas que les meilleures idées ne nécessitent pas forcément une technologie de pointe; il suffit parfois d’ingéniosité pour faire avancer le monde». Une innovation que Siècle Digital qualifie de «belle idée», en faisant le vœu qu’elle «s’améliore et perdure» dans le futur.

 

Le selfie «légendaire» de Federer et Williams

Un Roger Federer souriant qui tient la perche, une Serena Williams qui rigole. Le selfie des deux monuments du tennis mondial pris au terme du double mixte Suisse – Etats-Unis durant la Hopman Cup a fait le buzz dans les médias du monde entier. Un «selfie de légende» selon BFMTV, un selfie «qui pèse 43 Grands Chelems» pour l’édition française du Huffington Post. Et qui aurait été demandé par l’Américaine elle-même avant le match, d’après les informations de ABC. Pour CNN, c’est «la première et probablement la dernière fois que les spectateurs pourront voir les deux joueurs de tennis, figurant parmi les plus grands de tous les temps, batailler dans un match compétitif et, une fois fini, poser pour un selfie».

À propos de Federer, La Dernière Heure/Les Sports nous apprend qu’il a été élu sportif étranger préféré des Belges pour la quatrième fois. L’ancien numéro 1 mondial se place devant son rival Rafael Nadal, le cycliste Peter Sagan et… sa compagnonne de selfie du jour.

 

 

A lire aussi : Tennis - Hopman Cup: la Suisse bat les Etats-Unis 2-1 grâce à Federer et Bencic

 

Wohlwend, l’entraîneur chouchou des médias québécois

La belle épopée de l’équipe suisse aux Mondiaux de hockey M20 à Vancouver porte certainement la marque de son entraîneur Christian Wohlwend. C’est en tout cas l’avis de RDS, la chaîne de télévision sportive québécoise, qui a fait l’éloge du technicien canado-suisse. On apprend que Wohlwend est considéré comme «l’un des personnages les plus appréciés de ce rendez-vous annuel» pour «son sympathique accent, ses réponses théâtrales et sa sincérité rafraîchissante» devant les joueurs et les médias. Un journaliste du site web NHL va jusqu’à dire que l’entraîneur «répand l’amour chez les Suisses». Selon lui, la victoire contre la Suède en quart de finale serait «le résultat d’un effort concerté des 20 joueurs qui enfilent jour après jour l’uniforme rouge et blanc» et «reconnaissent le dévouement et l’implication de leur pilote».

 

 

A lire aussi : Hockey - Mondiaux M20: les jeunes Suisses battent les Suédois et se qualifient pour les demi-finales

 

Décès de Loinger, sauveur d’enfants juifs en Suisse

La Suisse a finalement fait une apparition indirecte dans les médias quelques jours après le décès du résistant juif Georges Loinger, qui avait soufflé sa 108e bougie en août. Selon le New York Times, entre 1943 et 1944, le natif de Strasbourg a secouru au moins 350 enfants juifs en les amenant sur le territoire suisse depuis Annemasse, en Haute-Savoie. Une ville où il a participé aux activités clandestines de l’Œuvre de secours aux enfants, qui se faisait passer pour une colonie de vacances d’après Le Monde.

En avril 1944, Loinger se réfugie lui-même en Suisse avec sa famille, avant de retourner en France pour continuer son action. «Reste en sécurité en Suisse, moi j’ai encore du boulot à faire», aurait dit Loinger à sa femme selon Tamar Nezer-Loinger, l’une de ses nièces interrogées par le quotidien britannique Independent. L’histoire ne précise pas si le couple s’est retrouvé en Helvétie ou dans d’autres contrées après la guerre.